camernews

Violée et infectée au VIH

Violée et infectée au VIH

Les deux bourreaux de la jeune fille âgée de 17 ans, traumatisée, ont réussi à fondre dans la nature.

Une jeune fille de 17 ans vient d’être violée par deux jeunes gens âgés d’environ 25 ans. C’est un soir, dans un quartier de Bertoua, que la victime a été agressée, par ses bourreaux non-identifiés. La fille était alors en compagnie de sa sœur, qui n’a pas pu la secourir. Une fois tombée dans le piège de ses tortionnaires, sa sœur a plutôt commencé à se tirer d’affaire, en fuyant.

La victime a expliqué, au lendemain de l’acte, les circonstances du malheur aux responsables du centre d’écoute de Bertoua. Un centre dédié aux victimes des violences, inauguré par le ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille, en février dernier. Elle s’est souvenue au moindre détail du film d’horreur dont elle a été l’objet. Cachés dans un coin obscur, ses violeurs la filaient manifestement.

Puis ils ont surgit pour entrer aussitôt en action. L’obscurité de la zone n’a pas joué en sa faveur. Ainsi, ses cris de détresse n’iront pas loin. Elle affirme ne pas connaître ses violeurs qui ont fondu dans la nature après l’acte. L’adolescente affirme que chaque tortionnaire est passé à tour de rôle. Elle sera abandonnée pendant un bon bout de temps, dans un silence absolu. Après l’acte traumatisant, la victime prend son courage en main et se dirige vers l’unité de prise en charge des victimes de violence, situé à Tigaza.

Au call center de Bertoua, la responsable Nomo Née Ngorbo Valérie la reçoit, en toute confiance. « Elle sentait mal dans sa chair. C’est une fille abattue que nous avons reçue. Elle sentait mal au bas-ventre… Elle sentait une fatigue générale. Après l’avoir mise en confiance, on lui  a remonté le moral, puis elle a été orientée vers l’hôpital pour des soins appropriés ».

A l’hôpital régional de Bertoua, les examens médicaux confirment le viol prononcé dont cette jeune fille de 17 ans a été l’objet.  Le test de dépistage lui a été aussi imposé. Malheureusement, elle sera déclarée séropositive. Elle a soutenu que c’est au moment du viol que le VIH aurait été contracté.

 

camernews

camernews