Victoria Amba représentera le Cameroun au concours international «Ma thèse en 180 secondes»

L’étudiante de l’Université de Ngaoundéré a remporté la finale nationale organisée ce jeudi à Yaoundé

Le Cameroun sera présent à l’édition 2015 du concours international «Ma thèse en 180 secondes» prévu le 1er octobre 2015 à Paris en France. Pour cette première participation, le pays sera représenté par Victoria Amba Esegni. L’étudiante de Génie des procédés à l’Université de Ngaoundéré a effet remporté la finale nationale organisée ce jeudi 09 juillet à Yaoundé par le Bureau Afrique centrale des grands-lacs (BACGL) de l’Agence universitaire de la francophonie(AUF). Elle est arrivée en première position grâce à ses travaux portant sur le couplage des procédés et de biodégradation pour la minéralisation du Chlorodecone. Une thématique séduisante pour le jury composé de Ferdinand Nana Payong, Pr Brusil Miranda Metou, et, présidé par le Pr René Joly Assako Assako de lui attribuer une note de 23,9/30 (8,2 pour l’oral, 8,2 pour la vulgarisation et 7,5 pour la structuration).

«Elle travaille sur un aspect particulièrement intéressant, c’est-à-dire la destruction des pesticides agricoles pour les réintégrer dans le milieu naturel. C’est quelque chose de particulier. Le Cameroun est en train d’amorcer l’agriculture de la deuxième génération qui ne va plus pouvoir se faire par des moyens archaïques et traditionnels, mais ce seront des grandes exploitations agricoles qui vont utiliser de nombreux intrants agricoles notamment les pesticides. Il ne faut donc pas qu’on tombe dans le piège que les pays de vieilles civilisations agricoles ont connu. Ce qui fait que maintenant on parle de la production des nappes phréatiques en Europe. Il faudrait donc qu’au moment où le Cameroun amorce l’agriculture de deuxième génération, qu’on prenne déjà des dispositions tout au moins au niveau scientifique pour résoudre ce problème en amont. Donc le travail de la candidate est particulièrement intéressant à ce niveau-là», a expliqué René Joly Assako Assako.

Avec le titre national, Victoria Amba Esegni ira défendre les couleurs camerounaises lors de la finale internationale aux côtés de 15 autres finalistes issus des sept pays suivants: Belgique, Burkina Faso, Canada-Québec, France, Maroc, Sénégal et Tunisie. «Je suis très contente d’avoir décroché ce titre. Un prix qui m’ouvre les portes de la compétition internationale. Et ce sera un honneur pour moi de représenter le Cameroun à une si belle occasion» s’est réjouie la lauréate.

Sur les sept candidats en lice à la finale nationale, Victoria Amba Esegni est arrivée devant Stéphane Roddy Bengono Bengono de l’Université de Yaoundé I qui s’est classé deuxième avec un total de 22 points. La troisième place est revenue à Boukar Ousaman. L’étudiant de l’université de Ngaoundéré qui a aussi eu le prix spécial du public, s’en tire avec une note de 19,3. Les 2e et 3e finalistes seront récompensés dans le cadre des festivités du 20e anniversaire du BACGL.

Il est à noter que le concours «Ma thèse en 180 secondes», initié en 2012 au Québec, est inspiré de celui anglophone «three minute thesis» conçu à l’Université du Queensland en Australie en 2008. Il est un grand défi pour les doctorants dans ce sens qu’il leur permet de parfaire leurs aptitudes en communication et de diffuser leurs résultats de recherche dans l’espace public international. Ce concours sera cette année à sa deuxième édition après celle du 25 septembre 2014 qui a eu lieu à Montréal au Canada.