Université : chantiers à développer pour le recteur

François Xavier Etoa a été installé hier par le ministre de l’Enseignement supérieur.

Les tâches du nouveau recteur de l’université de Douala, François Xavier Etoa, installé officiellement ce mardi 22 septembre 2015, sont précises et vastes, selon le cahier de charges énoncé hier par le ministre de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo, lors d’une cérémonie courue. Il s’agira de poursuivre les chantiers ouverts par ses prédécesseurs, suivant les prescriptions générales de la politique de développement du secteur.

Dans l’ordre de présentation des missions matérielles il y a la poursuite des constructions d’infrastructures et l’extension des campus de cette université. Logbessou et sa faculté de Génie industriel, l’Ecole normale de l’enseignement technique, les deux récentes facultés de Médecine et des Sciences pharmaceutiques, comptent parmi les priorités de l’établissement universitaire. Pour bâtir et enrichir l’œuvre des six recteurs qui se sont succédé depuis 1993, le nouveau capitaine de l’université de la ville des affaires est appelé à gérer rigoureusement hommes et biens. Déjà mobilisés par le recteur sortant Dieudonné Oyono, les enseignants, le personnel administratif et les étudiants sont engagés sur la voie d’une collaboration fructueuse avec le monde professionnel.

Au bilan du partant : une convention avec le Gicam, mouvement patronal, qui ouvre l’université sur quelque 250 entreprises, une bibliothèque numérique… L’exigence d’adapter les enseignements à la demande du monde réel, celui du travail et des Tic, n’est donc plus qu’un mur à consolider. Sur ce terrain, il y a encore plus : l’université doit disposer d’entreprises créées de sa propre initiative pour se passer, dans un futur que les autorités souhaitent proche, de la perfusion des subventions. L’autonomie financière est un objectif majeur autant que la mise en œuvre complète du système LMD en ce qui concerne la mobilité académique, la formation en alternance, par exemple.

Ainsi tracée, la feuille de route du recteur Etoa a besoin de la participation communautaire au sujet de laquelle Dieudonné Oyono a sollicité de l’université, des administrations de Douala et tous ceux qui l’ont aidé durant les trois années de son séjour, au profit du nouveau patron.