Une valise contenant le corps d’un nouveau-né Dérobée

Le chargeur qui a commis le forfait est revenu rendre le bagage après avoir découvert le contenu.

Une valise contenant la dépouille d’un nouveau-né a été dérobée, le 12 juin dernier dans une agence de voyage au quartier Mvan à Yaoundé. Ce sont les cris et les pleurs d’une femme qui venait de descendre d’un bus dans une agence qui vont attirer l’attention des uns et des autres. A ses côtés un homme d’environ 35 ans essaye tant bien que mal de la consoler. Mais sans grand succès. La trentenaire explique entre deux hoquets qu’elle ne retrouve pas une de ses trois valises. En quittant la ville de Douala, elle avait trois valises. Mais à destination elle se retrouve avec deux d’entre elles.

Alerté, le chef d’agence mobilise ses chargeurs et effectue l’appel du personnel. Il va constater qu’un chargeur est absent pourtant quelques minutes plus tôt il était présent. Le chef d’agence va essayer de l’appeler. Un acte qui va s’avérer infructueux car le téléphone de l’employé était visiblement éteint. Pour en savoir plus, le patron de l’agence, pose des questions au couple pour connaître le contenu du bagage. Les deux refusent de dévoiler le contenu et rétorquent juste qu’elle contient des choses d’une importance certaine.

Le chef d’agence rassure le couple en prenant l’engagement de rembourser le contenu de la valise. Sauf que les deux époux ne s’expriment toujours pas sur le contenu de la mallette. La descente sur les lieux des éléments de l’ordre ne sera pas d’un grand secours. Le couple reste toujours muet sur le contenu de la valise. Une heure plus tard, le chargeur absent revient terrifié et avoue que c’est lui qui a emporté la valise. Et rassure qu’il n’a rien pris dans la valise et qu’elle se trouve non loin de l’agence. Poursuivant l’interrogatoire, les enquêteurs essayent de comprendre pourquoi il avait décidé de ramener la valise.

Il affirme qu’elle contient  un colis encombrant et invite ces derniers à aller découvrir par eux-mêmes. La valise est ramenée dans le bureau du chef d’agence. Une fois ouverte, c’est la stupeur générale. Il s’agit du corps sans vie d’un nouveau-né enveloppé dans les draps. La dame explique que leur bébé est né il y a six mois et est décédé des suites de maladie.  Elle rajoute que c’est par peur de représailles qu’ils ont mis le corps du bébé dans la valise pour se rendre au village Okala pour l’inhumation. Mais ils sont conduits au poste de police pour besoin d’enquêtes et le chargeur a lui aussi été emmené par les éléments de la police, menottes aux poignets