un soldat tué par des sécessionnistes anglophones présumés

Un soldat camerounais a trouvé la mort mercredi soir dans la région du Sud-Ouest au cours d’une attaque attribuée à des sécessionnistes anglophones, a-t-on appris jeudi de sources locales concordantes.

L’affrontement s’est produit vers 16h heure locale à Kumba, chef-lieu du département de la Meme. Les séparatistes “étaient nombreux et armés. Quand ils sont arrivés en criant, l’homme en tenue a voulu s’interposer pour riposter. C’était à ce moment justement que les sécessionnistes l’ont assassiné de sang froid d’une balle. Aussitôt fait, ils se sont volatilisés”, a raconté à Xinhua une source locale sous couvert d’anonymat.

La région du Sud-Ouest connaît ces derniers jours des assassinats d’hommes en uniforme tout comme dans celle du Nord-ouest, l’autre des deux régions anglophones du Cameroun. Mardi dernier déjà, le commandant de la brigade de gendarmerie de Nguti, dans le département de Koupé-Manengouba (sud-ouest), a été tué lors d’une attaque de sa brigade.

Dans un communiqué publié le 9 mars, le ministre de l’Administration territoriale Paul Atanga Nji a indiqué qu’au moins 27 éléments des forces de l’ordre avaient perdu la vie dans diverses attaques menées par les sécessionnistes anglophones.

Il est à noter que le nouveau ministre, nommé début mars, est lui-même originaire de la partie anglophone du pays, illustrant la volonté de Yaoundé de vouloir régler la crise.

Depuis plus d’un an, la minorité anglophone, représentant environ 20% de la population camerounaise, proteste contre la marginalisation à ses yeux vis-à-vis du pouvoir central. Les plus radicaux, qui ont choisi la sécession armée pour la seule option, sont désormais devenus des terroristes aux yeux de Yaoundé.

(Rédacteurs :Wei SHAN, Guangqi