camernews-Motard-Paul-Biya

Un motard de Paul Biya percute un jeune homme à Yaoundé

Un motard de Paul Biya percute un jeune homme à Yaoundé

L’incident s’est produit samedi dernier au carrefour Mvog-Mbi, lors du retour du chef de l’Etat de Malabo.

Yaoundé, 28 juin 2014. Il est environ14h45 lorsque le passage du cortège présidentiel est annoncé. Paul Biya est de retour de Malabo (Guinée Equatoriale) où il venait de prendre part au 23e sommet des chefs Etats de l’Union africaine. La police est comme à l’accoutumée sur la route et demande à la population d’arrêter toutes les activités et de se tenir tranquille, sur le trottoir, jusqu’à ce que le chef de l’Etat soit passé.

Au carrefour Mvog-Mbi, tout le monde n’a désormais d’yeux que sur la route afin d’apercevoir le président de la République.  Les éléments de la Garde présidentielle sont postés tout le long de l’axe de passage du chef de l’Etat. Après quelques heures d’attente, l’alerte des éléments de la Délégation générale à la Sûreté nationale est lancée. Le cortège présidentiel arrive. Une première sirène retentit. Une dizaine de grosses cylindrées traversent le carrefour, toutes sirènes hurlantes. Le cortège présidentiel s’approche, à une vitesse avoisinant 70 km/h. C’est à ce moment précis qu’un jeune, la vingtaine sonnée, sort de la foule en hurlant, avant de se jeter sur la première voiture de marque Mercedes, couleur grise.

Il est esquivé de justesse. Au moment où l’on croit que le jeune garçon va traverser la route pour se réfugier de l’autre côté du trottoir, il reste au milieu de la route et en un battement d’ailes, il est percuté par un motard du cortège présidentiel. Sous le poids de l’émotion, le jeune garçon s’écroule sur le sol. Le cortège est passé. La foule qui applaudissait le passage du chef de l’Etat est cristallisée devant cet incident inhabituel. L’un des gardes de la Gp posté tout juste au lieu de l’incident a gardé son sang froid, et n’a pas déchargé les balles de sa mitraillette sur le jeune homme.

Il va tout simplement ordonner à «l’apprenti kamikaze» de se lever, de s’avancer et de s’agenouiller. Après le passage du cortège, des camions de la Dgsn, de la Gp, des véhicules de patrouille de la police ont atterri au carrefour Mvog-Mbi. Le jeune homme est maitrisé et emmené par ces éléments de la Garde présidentielle sous le regard d’une foule ahurie. Par petits groupes, les badauds se mettent à deviser. Ils ne comprennent visiblement pas ce qui vient pourtant de se dérouler  sous leurs propres yeux.

Le jeune homme qui s’est jeté délibérément sur un véhicule du cortège présidentiel est-il un malade mental ? Sinon, y avait-il un agenda caché derrière cet acte ? C’est autant d’interrogations qui taraudent en tout cas les esprits des témoins de la scène. A l’observation, le jeune paraissait plutôt normal, et avait l’allure d’un étudiant. Agé entre 20 et 25 ans, le jeune homme était vêtu d’un T-shirt blanc et d’un pantalon jean de couleur bleue. Il arborait en bandoulière un sac de couleur noire.

A l’heure qu’il est, il serait en exploitation par les services de sécurité. Il y a deux ou trois ans, lors d’un passage du chef de l’Etat, un jeune avait traversé la route au niveau de la Poste centrale. On le savait pourtant malade mental dans les rues de Yaoundé, mais les éléments de la Direction de la sécurité présidentielle s’étaient mis à ses trousses. Pour leur échapper, l’infortuné était allé se jeter dans les eaux du Mfoundi. Son corps sans vie avait été retiré des eaux le lendemain.

 

 

camernews-Motard-Paul-Biya

camernews-Motard-Paul-Biya