Trois millions de Camerounais sont affamés selon le PAM

Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et le ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire ont récemment publiés quelques statistiques sur la situation humanitaire au Cameroun et notamment dans la région de l’Extrême Nord, victime des attaques terroristes de BokoHaram, qui ont occasionnés des milliers des déplacés. Pour l’essentiel, ces chiffres relayés par le quotidien Le Messager dans sa livraison du 14 juillet 2016 donnent froid dans le dos.

 

De manière précise, le PAM note que trois millions de Camerounais, soit environ 15,4% de la population, souffrent encore de la faim, et que plus d’un million d’entre eux subissent une « extrême insécurité alimentaire ».  Dans la même veine, on apprend du PAM que 44% des enfants qui souffrent d’une famine chronique au sein de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) sont au Cameroun. Parmi les facteurs aggravants, l’organisme onusien évoque les milliers de réfugiés qui fuient les attaques de BokoHaram, qui se retrouvent sur le territoire camerounais.

 

Pour résoudre le problème, les deux organismes, notamment le Minepat et le PAM, sont convenus de la nécessité de réadapter les politiques actuellement menée en matière de sécurité alimentaire et de nutrition, dans l’objectif de les arrimer aux des Objectifs de Développement Durable (ODD). Pour rappel, en la matière, le gouvernement camerounais s’est fixé pour objectif d’éradiquer la faim dans le pays à l’horizon 2030.