camernews-ciment-camion-dangote-cement

Transport: Les syndicats des transporteurs et le Bureau de Gestion du Fret Terrestre font front contre Dangote

Transport: Les syndicats des transporteurs et le Bureau de Gestion du Fret Terrestre font front contre Dangote

Ils dénoncent l’introduction par cet opérateur de 200 camions pour transporter son ciment et ses intrants pour son propre compte. Une concurrence déloyale selon eux.

Rien ne va plus entre l’opérateur Dangoté, les syndicats des transporteurs et le Bureau de Gestion du Fret Terrestre (BGFT). Les deux deniers suscités s’alignent pour faire front au premier, qui s’illustre aussi dans le domaine du transport. Ces derniers dénoncent, apprend-on, l’introduction par cet opérateur de 200 camions pour transporter son ciment et ses intrants à travers le pays. Selon le quotidien Mutations du 22 août 2016 qui relaie cette information, «la non-existence d’une réglementation encadrant le transport pour compte propre a fini par en faire «un fourre-tout».

Pour El Hadj Oumarou, le coordonnateur de BGFT, par ailleurs, Maire de la Commune de Nkongsamba 1er, il s’agit là d’«une pieuvre entretenue par les multinationales et leurs relais locaux pour faire disparaître cette catégorie de vrais acteurs économiques». Vendredi dernier, au cours de la conférence de presse conjointe qu’ont donnée BGFT et les syndicats de transports, ils ont décrié la «concurrence déloyale» que les font les entreprises de production qui se substituent à eux. Le premier pointé du doigt étant Dangoté.

Il faut comprendre qu’en réalité, le transport pour compte propre est le fait pour une entreprise ou société de transporter une marchandise qui est soit sa propriété, soit qu’elle a achetée, vendue, louée, produite, extraite, transformée ou réparée pour ses propres besoins, à l’aide de véhicules en location avec ou sans conducteurs. Alors que le transport reste une activité accessoire à ladite entreprise ou société.

«C’est un transport qui est effectué par une personne qui n’est pas transporteur et qui n’est pas reconnu comme tel. Il devient ainsi un concurrent déloyal, dangereux pour le professionnel du fait qu’il pratique en même temps le monopole et le dumping, parce qu’il ne paie pas les impôts et taxes supportés par une société ou une entreprise de transport légalement constituée», déclare Moïse Vokeng, président du Réseau professionnel des transporteurs routiers du Cameroun.

camernews-ciment-camion-dangote-cement

camernews-ciment-camion-dangote-cement