camernews-Patty-Bebe

TCHÉQUIE – CAMEROUN: « ÊTRE ENTERRÉ AU CAMEROUN À TOUT PRIX!

TCHÉQUIE – CAMEROUN: « ÊTRE ENTERRÉ AU CAMEROUN À TOUT PRIX! » POURQUOI LES MBENGUISTES PEINENT-ILS ENCORE À SOUSCRIRE L´ASSURANCE RAPATRIEMENT?

Les vicissitudes de la vie sont une chose qui peut nous éloigner de l´essentiel. Et cela pas qu´au Mboa. Les Camerounais de la diaspora ne semblent pas les organiser mieux alors qu´ils vivent dans des pays structurellement organisés, que ce soit sur le plan économique, social que professionnel.

En dépit de nombreuses années passées en terre occidentale, on constate tristement que socialement nantis ou moins les Camerounais n’ont pas pris l´habitude d´ajuster leurs priorités afin de mieux bénéficier des avantages à portée de mains.

En occident en dehors de la SECU à laquelle nous sommes presque tous soumis, de nombreuses assurances supplémentaires existent et elles sont loin des machines à escroquer que nous avons au Cameroun. Il suffit de cotiser sans interruption et de présenter un dossier complet répondant aux conditions requises pour une indemnisation lorsque la nécessité s´impose.

Suite à de multiples appels à cotiser pour les restes d´un tel ou d´un tel autre à expédier au pays après un décès en occident ces trois dernières années dans les réseaux sociaux et les médias en ligne dont camer.be, je me suis donc posée la question de savoir si mes compatriotes connaissent l’existence de l‘assurance rapatriement. Une petite enquête chez une centaine de personne m’a instruite de ce que 90% n’en ont jamais entendu parler et sur les 10% qui connaissent son existence moins de 3% l’ont souscrite.

Recherches et comparaisons faites dans plusieurs pays de l´UE, il en ressort que cette assurance existe dans la plupart de ces pays et à moindre coup. Certes de nombreuses entreprises d´assurance n´en font pas la publicité mais il revient donc à l´étranger désireux le devoir de requérir ces informations auprès de son assureur et de s´en servir à son avantage. Selon les pays et l’assureur, l´assurance rapatriement de la dépouille varie de 30 à 15 euros le mois.

Loin de moi l’intention de détruire la solidarité existante dans nos communautés mais simplement celle d´interpeller les uns et les autres, à travers cet échange, à faciliter la tâche à ceux qui sont appelés à les enterrer une fois la pipe cassée. „Aide-toi et le ciel t´aidera“ dit-on souvent.

La nécessité d´une telle assurance est un fait. Pourquoi bon nombre d´entre nous, souhaitant pourtant être enterrés au Cameroun, peine encore à la souscrire? Qu´est-ce qui explique l´absence de prévision chez nous Camerounais là où on peut mieux organiser sa vie pour éviter d´être une charge supplémentaire pour les amis et familles en cas de décès? Comment s’y prendre pour encourager et favoriser la souscription d’une telle assurance à travers nos différentes structures comme les associations?  Telles sont les questions de la semaine

camernews-Patty-Bebe

camernews-Patty-Bebe