camernews-Espion

Talla Corentin alias Schwarzkopf ou l’espion qui changea de veste.

Talla Corentin alias Schwarzkopf ou l’espion qui changea de veste.

Comme dans tous les films d’espionnage, quand un espion change de camp, il devient très dangereux pour ses maîtres. . Voici la vraie histoire jamais racontée du Président du Code Américain (Schwarzkopf) qui prône le changement au Cameroun dès leur retour et leur prise de pouvoir. L’homme arrive en Fac en 1986 et s’inscrit en SN1 (1ère année sciences naturelle). Il reprend SN1  puis SN2 et arrive en SN3 en 1991 où il obtient une licence en biologie en 1991.

Nous arrivons en fac en 1987 ie 1 an après lui et il est notre délégué (notre représentant auprès de l’Administration) en SN1. Ceux des étudiants de l’époque savent que n’était pas délégué qui voulait mais il fallait être un pantin soutenu par le pouvoir. En SN1&2&3 il est délégué des étudiants avec les avantages (restaurant gratuit, bourses assurée pour services rendus etc…).

Il est le bras droit de Fochivé en Faculté lors des manifestations estudiantines. Lors de la marche de naissance du Social Démocratic Front (premier parti politique d’opposition de l’ère du multipartisme au Cameroun) à Bamenda en 1990 les étudiants avaient décidé de fêter l’évènement en Fac. Il organisa avec ses compères une marche de protestation en Faculté (Université de Yaoundé, la seule de l’époque) avec l’effigie du chef de l’Etat Paul Biya et des pancartes où étaient inscrits des mots tels que « Le milieu estudiantin est apolitique ». Il séquestra lors de ces évènements dans la salle des actes située en face du restaurant N°1 de l’Université de Yaoundé avec l’aide de ses acolytes 03 filles de SN2 afin de détourner la marche en question et risqua la mort n’eut été l’intervention musclée du Général Asso qui faisait la pluie et le beau temps du Quartier Général situé non loin de l’université.

Je sus son rôle lorsque 02 semaines après les évènements nous rentrions des cours et que nous cheminions ensemble. Je lui fis donc la remarque des évènements passés et comment on avait failli lyncher les espions. Le mot espion était réservé à ceux des étudiants qui pactisaient avec le pouvoir en place trahissant ainsi leur camarade pour des avantages inavoués. Sans écouter ce fameux nom d’espion, il me relata donc le rôle qu’il avait joué pour détourner les étudiants gonflés à bloc au risque de sa vie.

Changement de Veste : de 1987 à 1990 il n’y avait plus eu d’élection de président en Faculté. La dernière ayant eu lieu en 1987 avec l’élection d’un certain Kinfack à l’AEFAS (Association des étudiants de la Faculté des Sciences). Ce dernier fut renvoyé pour avoir trop promis lors de la campagne en milieu estudiantin. Entre temps un groupe tribale appelé Essingang mis sur pied par le Ministre Joseph Owona  était né chez les Bétis et avait noyauté considérablement le milieu estudiantin.

Leurs représentants furent coptés dans les Facultés comme présidents des étudiants et géraient ipso facto des budgets colossaux (1500 des 5000fcfa des droits universitaires que nous payions à l’époque) sans compter d’autres avantages comme l’accès gratuit au restau et logement au Campus. En 1991 la campagne est relancée en Faculté pour coller à l’actualité de la démocratie. Schwarzkopf créa avec ses amis Wafo(Colin Powell) et Yimga (Abou Nidal) leur parti nommé « REFORME ».

Le groupe Essingang voyant que ce dernier parti majoritairement composé de Bamilékés et d’anglophones était mieux organisé pour remporter les élections allèrent rapporter au pouvoir qu’il y avait des groupes d’étudiants financés par les partis d’opposition notamment par le SDF qui venait de naitre et autres. Le pouvoir décida d’arrêter les élections en Faculté deux mois environ après le lancement de la campagne et Schwarzkopf sorti de ses gongs car avec ses complices, ils s’étaient surement endettés pour la campagne (affiches, banderoles, tracts, etc…)  espérant gérer le magot du budget (1500 des contributions exigibles). Il organisa une marche sur la fac demandant le départ de Paul Biya, la conférence nationale souveraine ainsi que l’armistice générale.

Voila l’image des hommes politiques qui veulent nous diriger et qui prônent le changement au Cameroun. Il n’est pas fatigué des étudiants qu’il a manipulés en fac et qui sont morts pour des causes inconnues alors que lui visait ses intérêts égoïstes. Mes frères Camerounais, méfiez vous de cet individu qui a l’art de rouler les gens dans la farine pour atteindre son but. Je crois aux patriotes comme les Synpho Ntonkam, Margaret Tacher et autres qui ont combattu le bon combat dénué de toute recherche de profit. Parlez moi de tous les combattants de la lutte au Cameroun sauf de talla Corentin que je connais bien car il a été mon camarade de fac 1987-1991. Je ne suis pas militant du RDPC mais je suis resté pour contribuer à bâtir mon pays. Je comprends l’exil des camerounais qui ont osé s’attaquer au pouvoir en place mais je condamne l’attitude  opportuniste de Talla Corentin alias Schwarzkopf, l’espion qui changea de veste. A bon entendeur salut.

 

 

camernews-Espion

camernews-Espion