Six techniques pour débusquer une place de parking au Mboa

Comment débusquer une place de parking au Mboa ?

Lorsqu’on se retrouve en ville, surtout en période de mutumbu* , il devient absolument impératif pour les possesseurs de bugna* de savoir où garer. Lorsque les parkings privés d’immeubles sont tous occupés par les véhicules des résidents et que les parkings payants sont pris d’assaut, ça devient le Texas dehors. C’est les agents de la mairie et les policiers que tu veux voir ? Ils vont saboter les pneus, partager contraventions et verbalisations, te faire le hô-hâ* et te gratter. Les boys* et vandales vont seulement cibler tes vitres afin de voler le laptop que tu as forget* sur le siège.  René Boumsong, Carmudi dealer livre en exclusivité les six techniques musclées pour se trouver une place de parking au Mboa.

  • Les stations services

Lorsqu’il y a un parking public gratuit, l’affluence massive est si souvent décourageante que certains conducteurs préfèrent se tourner vers un parking payant. Mais comme il y a des gars qui ont le frein japonais dans les poches, ils préfèrent se rabattre dans des stations services où il est aussi possible de se garer njoh*. Inconvénient majeur : les parkings ne sont pas (tous) protégés et lorsqu’un délinquant s’approche de la vitre, les dégâts font bien mal ! C’est le lait ?

  • Feindre la panne

Bloqués en pleine ville, certains conducteurs se font assez souvent intimider ou racketter par des policiers ? C’est à l’heure là que René conseille de sortir le nécessaire mécanique (triangles de signalisation, plots, écrous, cric…) et de jouer au gars/à la go qui est coincé(e) mal mauvais. Pour gagner une fois le modèle, il  faut allumer les feux de détresse et de se transformer en mécanicien au moins pendant deux minutes… Le policier n’y verra que du feu !

  • Le recours au garage

Une autre méthode qui marche souvent : le recours aux garagistes. Ici également, en feignant ou en provoquant véritablement une panne et en laissant le véhicule aux soins du mécanicien, on se trouve soulagé de l’affaire de parking là. Cependant, le mécanicien  comprendra très vite que le véhicule n’avait aucun problème mais plutôt son propriétaire. Et même en cas de panne fictive, il faudra tout de même payer le service.

  • Confier son véhicule à une laverie

Cette option est la plus sûre. A défaut de confier sa voiture au mécanicien, il vaut mieux la laisser simplement dans une laverie. Là aussi, il vous faudra payer le service. Mais si le laveur là a les longs yeux, quelque chose va que disparaître dans la voiture là. Donc…

  • Squatter la cour de quelqu’un

Si une cour privée semble vide, il peut être intéressant d’y faire un tour pour y « abandonner » tout bonnement le véhicule à l’insu des propriétaires des lieux. Mais c’est au moment de le récupérer que le vrai war na war* va commencer. René conseille de trouver des excuses du gendre « je cherchais ma voiture qui a été volée » ou « j’apprends à conduire et je ne maîtrise pas encore le volant »… Cette technique a un gros avantage : devenir ami avec les propriétaires de la maison. Inconvénient : si les gens qui vivent là-bas sont des King Kong, ou bien si c’est un mbéré* ou si c’est un ancien père qui a son berger allemand, tu vas respecter le code avant de récupérer la voiture là. En plus quand c’est un militaire qui a vu ses compagnons mourir au front, il va sauf* se venger sur la voiture là.

  • Aller déposer une (fausse) plainte

Lorsque toutes les solutions sont épuisées et que le conducteur a peur de la police ou des agents municipaux, vers qui peut-il se tourner ?  Réponse : vers eux ! Sans hésitation. Simplement, se rendre et garer dans un commissariat et inventer n’importer quel prétexte ou portez plainte contre X pour n’importe quel préjudice et ensuite soit se faire accompagner par les policiers, soit feindre une urgence et tracer comme Usain Bolt. La voiture quant à elle sera en sûreté là-bas. Inconvénient : à défaut de se retrouver derrière les barreaux d’une cellule, c’est un mois de casiers de bière qui vont être posées au sol.

 

Lexique:

mutumbu : ambiances
bugna : véhicule, voitures
Te faire le hô-hâ : Te menacer, influencer, parler fort
boys: enfants de la rue
forget : oublier
njoh : gratuit, gratuitement
war na war : problème, bagarre, situation compliquée
mbéré : homme en tenue, généralement policier ou gendarme
sauf : seulement