camernews-rhimes

Shonda Rhimes, la reine des séries américaines

Shonda Rhimes, la reine des séries américaines

Tout le gratin de la télévision mondiale, rassemblé à Cannes pour le Mipcom 2016, rend aujourd’hui hommage à Shonda Rhimes. Le titre de personnalité de l’année, cette productrice de 46 ans, méconnue en France, ne l’a pas volé, tant elle influence les Etats-Unis depuis plus d’une décennie ! Au point que la chaîne ABC a rebaptisé sa soirée du jeudi « Shonda Night », car les trois séries issues de sa société ShondaLand sont diffusées l’une à la suite de l’autre : « Grey’s Anatomy », puis « Scandal » et « How to Get Away With Murder ».

Des dialogues théâtraux
Shonda Rhimes ne se sent pas pour autant pousser des ailes. « Je suis simplement une scénariste qui écrit les séries qu’elle aimerait voir à l’écran », répète-t-elle dans cette suite de l’hôtel Majestic où nous l’avons rencontrée hier. « Je passe mes journées avec les huit auteurs de Scandal. Je donne les grandes lignes de l’intrigue à l’équipe de Grey’s. Je ne m’occupe pas de Murder ni de The Catch (NDLR : deux séries plus récentes dont elle n’est que la productrice), et encore moins du business », ajoute-t-elle.

Scénariste, c’est le métier qui lui a permis de se faire une place à New York. « Je n’ai pas besoin de bureau pour écrire, juste d’un peu de musique ! » précise celle qui emploie une armada de scénaristes pour concevoir les 68 épisodes commandés par ABC cette saison. Pas question pour les comédiens de changer une ligne. « Le texte est très théâtral ! Parfois, je lui demande des précisions sur une réplique, explique Tony Goldwyn, qui joue le président des Etats-Unis dans Scandal. Elle me demande de lui faire confiance. Sur le tournage, je réalise qu’elle a raison : le texte cache une petite musique. »

Viola Davis ou Kerry Washington, consacrées pour leurs rôles dans Murder et dans Scandal, ne tarissent pas d’éloges sur celle qui a donné des rôles importants à des actrices afro-américaines. En pleine campagne présidentielle, sa passion pour les femmes à poigne l’a poussée à signer une vidéo de soutien à Hillary Clinton. Shonda Rhimes se dit « terrifiée » par cette fin de campagne. Elle est sûre de la victoire de sa candidate et se lamente devant son adversaire « plein de surprises »… Elle n’aurait pas imaginé un tel scénario !

 

camernews-rhimes

camernews-rhimes