Sécurité des enfants: à surveiller pendant les vacances

En cette période de liberté, les risques sont plus grands pour les jeunes. Certains parents redoublent de vigilance.

La semaine dernière au quartier Ekounou à Yaoundé, une fillette de trois ans a été abusée sexuellement par sa voisine prénommée Vanessa, une adolescente de 14 ans. D’après les informations recueillies au commissariat central du 4earrondissement où une enquête a été ouverte, la collégienne aurait profité d’un moment d’inattention de la grand-mère de la jeune écolière de la maternelle pour entraîner sa victime dans les toilettes où elle obligera la fillette à avoir des rapports oraux avec elle. Surprise dans sa sale besogne par la grand-mère de la victime, elle a avoué son forfait.

Lundi dernier au quartier Emana, Brian 6 ans, a  voulu aller récupérer son ballon tombé au beau milieu de la route. Il sera renversé par un conducteur de moto qui roulait à vive allure. Interné dans un centre hospitalier de la place, l’élève qui passe en classe du CP s’en sort avec des fractures aux jambes et un léger traumatisme crânien. Le jeune garçon avait été confié à son frère de quatre ans son aîné. Les parents s’étant rendus au travail. Au quartier Mendong cette fois, Bernadette M., mère de famille, a eu plus de peur que de mal. Sa fille de 15 ans a quitté le domicile familial sans nouvelles, jeudi, 13 juillet dernier pour une escapade amoureuse à Douala. « J’ai dû contacter mes proches de partout et la chance m’a souri. Mon frère l’a aperçue avec un jeune homme dans un supermarché et m’a aussitôt alertée », confie la jeune femme, cadre dans une entreprise de la place. Des cas similaires sont malheureusement monnaie courante et interpellent les parents en cette période de vacances scolaires où le danger rôde en permanence.

Pour contrer d’éventuels incidents et éviter l’exposition de leurs enfants, certains parents usent de plusieurs astuces pour que tout se passe mieux pendant cette pause scolaire. Grand classique des vacances : envoyer les enfants chez les grands-parents au village. C’est la solution la plus rassurante et la plus économique aussi. « Là-bas, il y a moins de vice. Et c’est également un moyen pour permettre aux enfants de passer du temps en famille avec des cousins, des tantes et oncles », confie Jean-Marie Amougou, père de famille. « Je suis mère de trois enfants et à toutes les vacances scolaires, j’occupe mes enfants à travers des stages ou des activités favorisant leur épanouissement. Il y a plus de danger dans les domiciles sans la présence des parents », ajoute Annette, mère de plusieurs enfants. Il ne faut cependant pas se leurrer, peu importe l’environnement où l’enfant évolue. Pendant les vacances, l’épée de Damoclès plane sur la tête et c’est aux parents d’être vigilants.

 

Dr. Henri Tedongmo Teko: « La liberté expose les enfants aux dérives »

Sociologue, Université de Yaoundé 1

 

Pourquoi certains parents redoutent-ils  les vacances ?

La présence permanente des enfants à la maison à la faveur des vacances constitue pour les parents des milieux urbains un défi à relever dans l’exercice de leur responsabilité parentale. Habitués à confier la garde et l’éducation de leurs enfants à des institutions spécialisées pendant l’année scolaire, les parents se retrouvent confrontés aux exigences de disponibilité et de vigilance qui relèvent exclusivement de leur compétence durant la période des vacances. Or, du fait de leurs occupations professionnelles, plusieurs parents ne disposent pas toujours du temps nécessaire pour s’occuper efficacement des enfants. Cette situation contribue à fragiliser le contrôle et la régulation des comportements des enfants et laisse le champ libre à un relâchement moral dont les conséquences prennent quelquefois les formes d’un libertinage que les enfants entretiennent naïvement au point de souvent compromettre leur avenir.

Les stages de vacances, les cours de vacances et autres occupations sont-ils les meilleures solutions pour rendre les vacances utiles ?

Les parents choisissent des occupations en période de vacances en fonction de leur catégorie socioprofessionnelle, de leurs revenus et des ambitions qu’ils nourrissent pour leurs enfants.  La pertinence de ces occupations est fonction du projet de vie que les parents définissent pour leurs enfants et constituent plus des stratégies que des objectifs. Cependant, il se trouve que certains parents trouvent des occupations à leurs enfants en cette période pour se débarrasser et se mettre à l’abri de leurs caprices et des tracasseries dont ils sont souvent friands. Mais de manière générale, les différentes occupations qui émergent de plus en plus dans nos sociétés en période de vacances révèlent des tentatives indigènes d’appropriation maladroite de modèles culturels occidentaux de gestion du temps libre des enfants, en l’absence d’une politique des loisirs valorisant la découverte, le tourisme et des distractions intellectuellement enrichissantes.