Secteur de L’électricité : L’etat et Eneo-Cameroon main dans la main

Les deux parties ont signé le 07 août 2015 à Yaoundé leur Avenant N°2 cadre de concession.

Poursuivant le processus dit de «relecture» des contrats de concession dont Eneo est titulaire depuis 2001, le gouvernement camerounais et cette entreprise ont procédé à la mise en conformité des contrats de concessions avec les dispositions de la nouvelle loi régissant le secteur de l’électricité au Cameroun. Au bas des documents, deux signatures: celle de Basile Atangana Kouna, ministre de l’Eau et l’Energie (Minee), et celle de Joël Nana Kontchou, le directeur général d’Eneo-Cameroon. Principal leitmotiv ayant guidé les deux parties: le souci et la volonté de veiller au développement de ce secteur névralgique pour le rayonnement de l’économie nationale.

«Concrètement, nous nous sommes accordés sur: les travaux de réhabilitation du barrage de Songloulou; les modalités de transfert des barrages réservoir à EDC assorti d’un délai; le transfert de l’activité de transport et de gestion du réseau de transport avec l’appui de la Banque mondiale ; la qualité de service avec des indicateurs précis; les objectifs de branchements et la mise à jour de la formule tarifaire…», a déclaré le patron d’Eneo-Cameroun à la fin de la cérémonie.

Il a par ailleurs interpelé toutes les administrations et personnes responsables de la levée des conditions suspensives à la mise en oeuvre de ces points évoqués pour que les prescriptions contenues dans ce document soient exécutées dans les délais impartis.

Priorités

Révélations de Joël Nana Kontchou à la presse: «les travaux ont déjà commencé. Nous avons déjà accompli les travaux d’auscultation à 70%; les travaux de génie civil à 5% et les travaux de sécurisation d’électromécanique (système d’évacuation d’eau en cas de creux) ont évolué de 20%. Eneo est engagé à respecter la loi. Nous allons donc faciliter et notre souci, surtout pour les barrages réservoir est de nous assurer que ce transfert se fait avec un minimum d’impact sur le service au client. Parlant de la gestion de l’eau, l’eau est le carburant pour l’électricité.

Il est important que la gestion de l’eau continue avec les standards les plus élevés. Nous travaillons ensemble avec les autres acteurs. Nous avons déjà commencé et nous avons proposé des solutions pour gérer l’eau et nous avons aussi proposé un projet de code de gestion de l’eau.» Le tout, pour le directeur général d’Eneo-Cameroon, est de s’assurer que tout se passe avec un minimum d’impact sur le service au client. Le plus important étant la qualité de service mesurée par rapport à la durée d’interruption ou temps d’interruption qu’un client connait par an.

La qualité de service aussi, croit-on à Eneo-Cameroon, c’est comment les clients sont reçus dans nos agences, le temps qu’ils mettent pour avoir le service, le temps que l’entreprise prend pour répondre à leurs réclamations. «Nous sommes en train de travailler en interne. Ces éléments sont mesurés avec beaucoup de sérieux et nous sommes persuadé qu’avec de l’investissement, on y arrivera »,projette Joël Nana Kontchou. Pour l’instant, il reste attendu que le gouvernement à travers le MINEE, déploie tous les moyens pour faire respecter les engagements des parties contenus dans l’Avenant n°2 au contrat de concession et de Licence…

Intervenant au nom des pouvoirs publics, Basile Atangana Kouna a dit mettre un point d’honneur sur tous les principaux points de l’avenant. Il s’agit, indiqué le MINEE, des travaux de réhabilitation du barrage de Songloulou ; des modalités de transfert des barrages réservoir à EDC assorti d’un délai ; du transfert de l’activité de transport et de gestion du réseau de transport avec l’appui de la banque mondiale; de la qualité de service avec des indicateurs précis ; des objectifs de branchements et de la mise à jour de la formule tarifaire…