camernews-Fame-_Ndongo

SCANDALE À L’IRIC : JACQUES FAME NDONGO L’ARTIFICIER

SCANDALE À L’IRIC : JACQUES FAME NDONGO L’ARTIFICIER

Le Minesup est à la fois au début et à la fin de la manœuvre.

Le ministre de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo est au cœur du scandale qui ébranle l’Iric. Non seulement parce que le Minesup assure la tutelle académique de l’Institut des Relations internationales du Cameroun (Iric), mais également parce que c’est lui qui a en dernier ressort décide des modifications qui devaient être apportées sur la première liste. Après avoir procédé par arrêté au lancement du concours d’entrée en master professionnel à l’Iric option Diplomatie en décembre dernier, Fame Ndongo s’était résolu à ne pas intervenir directement dans le processus.

Bien que des noms, dont certains se revendiquant de son parrainage, aient été clairement proposé à des membres de la commission chargée de valider les résultats. Commission où ont siégé notamment Jean-Emmanuel Pondi, Pascal Charlemagne Messanga Nyamding, Stéphane Ngwanza, Laurent Zang et Alain Didier Olinga. Par ailleurs, plusieurs sources confirment que ladite commission a reçu des noms de candidats dont l’admission ne
devait prêter aucunement à équivoque.

Par ailleurs, le chancelier des ordres académiques avait la confirmation depuis des jours que les résultats de la commission devaient être disponibles à la fin de la semaine au terme des oraux. Lorsqu’il reçoit le document qui lui ait transmis par la direction de l’Iric, procédure normale, il se décide à le signer et à le rendre public. C’est ainsi que ces résultats sont affichés. Cependant, les résultats affichés ne feront pas l’unanimité non seulement à l’Iric mais également parmi certains pontes du régime de Yaoundé qui ne retrouvent pas les noms qu’ils ont proposé sur la liste. C’est comme cela que Fame Ndongo reçoit des pressions et instructions. Il finit par se dédire.

Il est contraint de demander le retrait de l’affichage de la première liste que lui-même a signée quelques heures plus tôt. Dan son bureau au 10ème étage du ministère de l’Enseignement supérieur samedi 28 février, Fame Ndongo doit décider de la liste qui sera affichée en dernier ressort. Plusieurs propositions arrivent sur sa table. Il reçoit de nombreux coups de fil. Après concertation avec ses collaborateurs et sa hiérarchie, il va se résoudre finalement à rendre publique cette deuxième liste dans laquelle six noms sont enlevés et six autres noms ajoutés. Les noms ajoutés sont les suivants : Babilah Bobmia Blandine, Mofti Salomon, Ebongue Manga Christine, Mokwe Welisane, Bouhari Alim et Iddi Ahmed.

 

camernews-Fame-_Ndongo

camernews-Fame-_Ndongo