Restauration de la discipline aux impôts: Luc Désiré Nkono en symbiose avec Modeste Mopa

Le chef du Centre régional des impôts de l’Ouest vient de commettre une note de service pour sermonner les cadres et les agents absentéistes et insubordonnés de l’administration fiscale à l’Ouest.

«Je voudrais reconnaitre que la tâche qui nous incombe désormais est immense. Il y a la volonté et nous avons une équipe soudée et les outils techniques pour atteindre  les résultats. Nous pensons que  faire le travail à la grande satisfaction de tout le monde. » Cette déclaration est de Luc Désiré Nkono. La quarantaine entamée, cet inspecteur principal des impôts entend imprimer ses marques après six mois de séjour à la tête du Centre régional des impôts de l’Ouest. Officiellement installé dans ses fonctions, le 07 octobre 2016 par Awa Fonka Augustine, gouverneur de la région de l’Ouest, Luc Desiré Nkono, chef du Centre régional des impôts de l’Ouest à Bafoussam a décidé de passer à une vitesse supérieure. Il tient à atteindre les objectifs assignés par la direction générale des impôts à Yaoundé. Et pour lui, cette progression doit passer par la discipline des travailleurs de l’administration

fiscale. C’est ainsi qu’à la suite de Modeste Mopa F., directeur général des impôts, il a commis le 27 octobre 2016 une note de service en vue d’imposer les règles et principes de ponctualité, d’assiduité et de dévouement au travail dans toutes les structures opérationnelles de l’administration fiscale à l’Ouest. Des exigences qui cadrent bien avec l’esprit des prescriptions formulées le 14 septembre dernier à Yaoundé par le patron national de l’administration fiscale. «Il n’est pas besoin de vous rappeler que la discipline reste la force de notre administration», martèle Luc Désiré Nkono. Mais au-delà de remobiliser ses collaborateurs, ce cadre de l’administration fiscale qui cumule 17 années de service, fait un clin d’œil aux contribuables. «Je voudrais lancer un appel aux contribuables en disant simplement que l’impôts doit devenir plus conviviale. Les populations de la région de l’Ouest doivent comprendre qu’un État fort ne pourrait s’inscrire dans la modernité sans impôts. Nous ne voulons plus de guerre entre l’administration fiscale et les contribuables. Chacun doit payer ses impôts comme s’il payait ses fournisseurs», soutient l’ancien étudiant de la faculté des sciences juridiques et politiques de l’université de Yaoundé II-Soa.

Remobilisation
Il compte également sur ses compétences en « Business administration » pour convaincre les operateurs économiques de sa circonscription et vaincre l’incivisme fiscale affiché par certains. D’où l’importance de la remobilisation de son personnel et surtout de la réinstauration d’un climat de discipline et de rigueur au sein de l’administration fiscale à l’Ouest. «Il m’a été donné de relever que le personnel a pris des libertés injustifiées se traduisant par des retards, absences et départs en congés en marge de la réglementation. Cette attitude n’est pas sans répercussion sur l’atteinte des objectifs tant qualitatifs que  quantitatifs assignés à notre administration», dénonce-t-il dans une note de service signée le jeudi 27 octobre 2016. « Vous veillerez à remobiliser vos effectifs, en restaurant les principes et les règles de base gouvernant les horaires, les autorisations d’absence, les demandes de congés et les absences maladie », recommande-t-il aux chefs des structures opérationnels de l’administration fiscale à l’Ouest. Une sollicitation autant forte qu’il mise sur l’apport de ses collaborateurs directs pour atteindre ses objectifs. D’où la désignation le 12 octobre dernier de Salomon Essomè à la responsabilité de Coordonnateur général des services et cumulativement comme chef de service des affaires générales par intérim. Le soutien de monsieur Aminou Hamidou qui connait bien les mécanismes et stratégies de déploiement de  l’administration fiscale à l’Ouest est indéniable. Il en de même de celui de Theodore Kotto Epanè, responsable du centre divisionnaire des impôts de Bafoussam, considéré un le Cdi le plus en vue de la localité.