Recrutements à double vitesse pour la Rentrée scolaire 2015-2016

Pendant que le processus est quasiment bouclé dans les collèges, les lycées se contentent encore de recevoir les dossiers.

Dossiers en main, Laurent Diguissa, 18 ans, fait le porte-à-porte au lycée de Tsinga.

L’établissement est pratiquement désert ce mardi matin, mais le jeune homme veut à tout prix déposer son dossier de recrutement ou bien même, voir son nom figurer dans les registres du lycée. Après un tour infructueux dans les services administratifs, c’est dans une salle de classe qu’il finit par trouver l’équipe de permanence. Et ici, les instructions sont claires : « Nous recevons juste les dossiers. Nous ne recrutons pas et n’inscrivons pas non plus. Les opérations  commenceront peut-être en début septembre, lorsque le proviseur aura mis en place la commission de recrutement », lui explique Pierrette Bekolo, la secrétaire. Laurent Diguissa est démoralisé. Candidat libre et malheureux au Probatoire de la session antérieure, il veut renouer avec les bancs, fréquenter une bonne école et tourner le dos aux cours du soir comme c’était le cas depuis des années, faute de moyens. « J’aime le lycée de Tsinga parce qu’il est près de la maison. Si je ne suis pas retenu dans ce lycée, je ne sais comment je vais faire »,  s’inquiète-t-il.

A ce sujet,  lui comme tous les autres qui frappent aux portes des lycées de la ville devront attendre. C’est peut-être une semaine avant la rentrée qu’ils seront situés. Car, le lycée de Tsinga n’est pas le seul qui ne recrute pas encore. C’est également le cas du lycée de Ngoa-Ekelle. Gisèle Flore Ewolo, le censeur, indique que ses collègues et elle, ne sont-là que pour assurer le service minimum. Recevoir les dossiers de recrutement, remettre les bordereaux des résultats aux bacheliers…Inscriptions et recrutements pourront démarrer en début septembre, assure la dame. Des parents vont et viennent dans l’enceinte de l’établissement, mais ici comme ailleurs, l’on ne déroge pas à la règle. Et même au lycée général Leclerc voisin, c’est à ce même exercice que Angéline Fotso, censeur, et son équipe de permanence, s’adonnent. 42 dossiers de recrutement attendent l’onction de la commission de recrutement. Et jusqu’au 1er septembre prochain, il y en aura certainement plus.

Pendant que dans le public,  certains ne savent pas encore s’ils feront partie des effectifs des établissements sollicités, dans le privé, l’on a tourné la page des recrutements et inscriptions. Au collège St Benoît de Yaoundé hier matin d’ailleurs, un personnel indique que dans cet établissement, on n’attend plus que la rentrée le 7 septembre prochain. Ces opérations ont été menées du mois  de juillet jusqu’en début août.  La plupart des responsables et enseignants sont en congé. Ils seront de retour avant le 30 août, date probable de rentrée administrative au Cameroun.  C’est ce qu’on fait également savoir au collège Vogt et dans d’autres structures du même ordre.