Protection De La Nature : 1500 Arbres Plantés À Bangoua.

A l’initiative de SM Djampou T Annick Julio, le peuple Bangoua s’est ainsi joint ce 5 juin 2015 à la communauté internationale pour célébrer la Journée Mondiale de l’Environnement dont le thème retenu était « 7 milliards de rêves. Une seule planète. Consommons avec modération ».

Pour y arriver, le jeune monarque pétri de vision de développement pour son beau groupement n’a pas fait dans la dentelle. Il y a sollicité le soutien de toute la communauté éducative du groupement Bangoua, d’hibiscus initiative et surtout de l’appui financier du Sénateur Nono.

Le décor était planté avant l’arrivée des élèves du CES, des Lycées classique et technique de Bangoua par un car qui assurait la navette. L’équipe de mise en œuvre constituée du chef du projet, des superviseurs étaient déjà sur le site sis au quartier Baloué pour l’organisation et la distribution des tâches. Faut-il mentionner qu’à la veille avant l’apothéose, le roi a participé à la trouaison, rependu des engrais organiques dans des trous et pulvérisé des mauvaises herbes tour au tour ? C’est dire qu’il y a accordé une attention hautement particulière à l’énénement. Le roi apporte ainsi une réponse concrète aux questions essentielles de la protection de l’environnement et ses conséquences sur la qualité de vie des populations et la survie de notre planète.

Pour mesurer la trajectoire de l’activité de ce jour, SM Djampou A J a dressé une liste de points noirs dont l’urgence est d’une nécessité impérieuse. Il s’agit entre autres : la lutte contre la destruction de la couche d’ozone, la lutte contre la déforestation, la préservation de la biodiversité et la lutte contre la désertification et la sécheresse, mieux faire de Bangoua une partie pilote de l’économie verte de la planète.

L’idée du projet « 1000 élèves, 1000 arbres » nait du fait que pour le roi, des gibiers, des forêts raphiales et autres espèces rares d’arbres tendent à disparaitre, sans oublier qu’il fait de plus en plus chaud dans cette partie du territoire. Si bien qu’il projette que d’ici 50 ans, des gens dormiront à la belle étoile si rien n’est fait. Il fallait donc anticiper sur cette calamité qui s’annonce à grands pas par des actions concrètes et novatrices. Le roi voulant ainsi marquer d’une pierre blanche la célébration de la JME, fait bien de développer l’écotourisme en créant ce complexe éco touristique où il fera beau vivre.

Impliquant les services déconcentrés de l’Etat, les sectoriels du ministère de l’environnement, des élus locaux, des autorités traditionnelles et religieuses, des populations, le projet en lui est un bel exemple de participation communautaire qui débouchera sur l’intensification du riche patrimoine déjà existant à Bangoua.

Bangoua :Camer.be

Un atout à capitaliser

« Qui a planté un arbre, n’a pas vécu inutilement », on ne le dira jamais assez. Le groupement Bangoua conscient des enjeux de protection de la nature, a saisi la balle au bond. Sur 4 hectares de terrain, bien que le roi parle du début d’un vaste projet, 1000 plants de pijym africana, des plants safoutiers, des manguiers et avocatiers greffés ont été mis en terre. Il faut maintenant attendre des retombés. Ces plants produits à Bangoua par l’ONG APADER ont dû couter 300 frs l’unité au Sénateur Nono. Le Dr Ngoko Zachée, le chef du projet indique que le pijym africana choisi à dessein est une plante médicinale très efficace contre la prostate et

contre plusieurs autres maladies tropicales ; aussi, est une bonne essence pour le bois d’œuvre qui peut mesurer 30 cm après 10 ans. Avant d’atteindre une décennie pour avoir ses écorces prêtes aux différents traitements susmentionnés, l’astuce était d’associer un verger d’arbres fruitiers pour des fins alimentaires et permettre une meilleure gestion du site reboisé.

L’honorable Nono, Sénateur et membre de la commission des affaires économiques, de la programmation et de l’aménagement du territoire à la Chambre Haute du Parlement, s’est retrouvé dans son rôle. Il a remercié le chef qui lui a tendu la brèche et a promis séance tenante qu’il transposerait le même projet dans d’autres arrondissements du Département du Ndé.

Senateur Nde:camer.be

Après la phase protocolaire ponctuée d’allocutions, Le chef suivi du Sénateur et de M Dongmo Etienne, Délégué Département du Ministère de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable du Ndé ont fait une démonstration du planting sous l’œil vigilant de plus de 400 élèves repartis sur le site du reboisement et qui ont ensuite pris de relais. Ils y sont rentrés à coup sûr, dotés d’autres connaissances pratiques. Dès lors que les arbres sont plantés, une synergie d’action s’impose pour l’entretient du site qui sera un véritable grenier de ressources.

La légère pluie qui s’est abattue n’a pas empêché le bon déroulement des activités. Ces cérémonies ont pris fin à la chefferie où le chef et le Sénateur ont offert un buffet d’honneur à tous ceux qui se sont déplacés pour cette noble cause avec le sentiment unanime d’une mission bien accomplie.