Prière interreligieuse dans les casernes à Maroua

ll s’agissait d’implorer la paix et rendre grâce à Dieu pour l’ascension du général de brigade Jacob Kodji.

L’esplanade du poste de commandement de la quatrième région militaire à Maroua a servi de cadre d’une prière œcuménique  le samedi 10 octobre 2015. Le personnel des forces de défense et de sécurité est massivement venu non seulement pour implorer Dieu de rétablir la paix définitive dans toute la région de l’Extrême-Nord, mais aussi le remercier pour la promotion de Jacob Kodji qui, à la faveur du décret présidentiel du 13 août 2015, l’a élevé au prestigieux grade de général de brigade, tout en le confirmant dans ses fonctions de commandant de la quatrième région militaire interarmées (RMIA 4). A cette occasion, les représentants de quatre communautés religieuses ont élevé leurs voix pour implorer les grâces de Dieu ; après l’ouverture de la prière par Mgr Bruno Ateba, évêque du diocèse de Maroua-Mokolo, se sont succédé, un représentant de l’église catholique orthodoxe, un pasteur de l’église protestante, et l’imam Aboubakar Harouna, représentant de l’imam de la mosquée centrale de Maroua.
Chacun de ces hommes de Dieu a imploré « l’éternel des armées » à soutenir spirituellement le général de brigade Jacob Kodji, et à travers lui, les personnels des forces de défense et de sécurité de la quatrième région militaire, ses collaborateurs, leurs familles, les populations de l’Extrême-Nord et le Cameroun tout entier. Au nombre d’invités ayant pris part à cette prière, il y avait Franklin Etapa, inspecteur général des services régionaux, représentant personnel du gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, et Robert Bakari, délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Maroua. C’est pratiquement le torse bombé de courage que les militaires ont dit « amen » au terme de cette prière qui a duré moins d’une heure d’horloge. Et comme le priait le colonel Léandre Emmanuel Kenmegne, chef d’état-major de la RMIA 4 à l’entame de cette célébration, le souhait de tous est que Dieu lui-même consolide l’ouvrage de ses mains « jusqu’à l’estocade finale contre les forces d’opposition à la paix et à la concorde sociales ».