camernews-ivaha-diboua-gouverneur

Préfectorale: L’ex Gouverneur du Sud, Jules Marcelin Ndjaga, interdit d’accès à son bureau

Préfectorale: L’ex Gouverneur du Sud, Jules Marcelin Ndjaga, interdit d’accès à son bureau

Le Gouverneur sortant de la région du Sud ne peut plus accéder à son bureau jusqu’à la passation de service avec son remplaçant.

Vendredi 23 octobre 2015, le président de la République, Paul Biya a signé un décret portant nomination de quatre nouveaux gouverneurs de région. A la faveur de ce décret, Jules Marcellin Ndjaga, alors gouverneur de la région du Sud, a été admis à faire valoir ses droits à la retraite. Dès lors, l’accès à son domicile lui a été interdit, selon le quotidien Le Jour, en kiosque lundi 26 octobre 2015. Il en sera ainsi jusqu’à la passation de service avec son remplaçant.

D’après une source policière citée par le journal, «c’est le commissaire spécial qui est allé transmettre l’instruction aux policiers du GMI (Groupement mobil d’intervention) en faction devant le cabinet du gouverneur».

Limogé en plein réunion

Vendredi, 23 octobre 2015, au moment de la lecture du décret du chef de l’Etat, portant nomination des gouverneurs dans certaines régions du Cameroun, Jules Marcellin Ndjaga se trouvait à Kribi, où il présidait la cérémonie de bouclage de la campagne de promotion du civisme.

A en croire le quotidien Mutations en kiosque ce jour, au moment où Jules Marcellin Ndjaga engageait la dernière articulation de la cérémonie qu’il présidait, articulation qui consistait en une séance de questions-réponses avec l’assistance, il reçoit un coup de fil qui imposera silence dans la salle et qui va durer environ deux minutes. L’ancien préfet de la Mezam ne donnera même plus la parole à une élève du lycée technique de Kribi, qui tenait le micro et qui insistait pour poser une question : «Ma fille, ma fille dépose le micro, ton gouverneur ne peut plus répondre», a-t-il lancé d’une voix dépitée, avant de déclarer à l’assistance : «chères populations, chers élèves et enseignants, je suis dans l’obligation d’interrompre cette réunion. Je voudrais vous informer que désormais je rentre chez moi à Monatélé».

A peine a-t-il prononcé ces paroles que le protocole s’est chargé de l’escorter hâtivement vers son véhicule. La rencontre s’est achevée en catastrophe, au grand étonnement de la foule. Beaucoup ignorait l’objet du brusque arrêt de cette cérémonie, indique le journal.

 

camernews-ivaha-diboua-gouverneur

camernews-ivaha-diboua-gouverneur