Pourquoi Boko Haram a attaqué Kolofata et enlevé l’épouse d’Amadou Ali

Pourquoi Boko Haram a attaqué Kolofata et enlevé l’épouse d’Amadou Ali

On en sait un plus sur les raisons qui ont poussé Boko Haram à mener le raid du 27 juillet 2014 dans le village Kolofata, dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun. Les membres de la secte islamiste ont voulu donner un message au vice-Premier ministre, Amadou Ali, dont l’épouse et une dizaine d’autres personnes sont toujours otages, en plus des morts, civils et militaires, qui sont au moins 15.

Les raisons de l’attaque de Kolofata ont été évoquées lors des contacts qu’il y a eus entre l’armée camerounaise et les membres de la secte islamisme en vue de la restitution des corps des militaires tombés lors des combats à Bargaram et à Kamouna quelques jours avant l’attaque de Kolofata. « Ils ont justifié l’attaque de Kolofata par le fait que le vice-Premier ministre, Amadou Ali, n’a pas tenu à ses engagements », indique une source militaire camerounaise, citée par L’œil du Sahel. La source rappelle alors qu’Amadou Ali avait été au cœur des négociations ayant abouti à la libération des trois religieux enlevés en avril dernier dans la localité de Tcheré.

Les membres de Boko Haram ont expliqué que le vice-Premier camerounais avait pris l’engagement que 25 des leurs seraient libérés en échange des otages. « Certains ont plutôt été lourdement condamnés par un tribunal. Ils ont estimé avoir été trahis », explique une autre source.

En effet, 22 membres de la secte islamistes ont été condamnés à des peines de prison par le tribunal militaire de Maroua. Trois jours plus tard, Boko Haram a attaqué Kolofata, avec pour cible principale le domicile d’Amadou Ali. Son épouse est toujours retenue otage. Des membres du groupe terroriste auraient même affirmé que l’attaque visait directement Amadou Ali qui venait fêter le Ramadan dans son village.

La grande question reste de savoir si un tel « deal » a réellement existé et pourquoi celui-ci n’a pas été respecté.

camernews-Mme-Amadou-Ali

camernews-Mme-Amadou-Ali