PAUL BIYA SAPEUR POMPIER DES VICTIMES DE L’ESCROQUERIE MIDA

Sous le label alléchant de la Mission de l’Intégration et le Développement de L’Afrique (MIDA), on leur a miroité beaucoup d’argent. Des victimes parmi les jeunes ont été spoliées. La grogne est devenue sourde. Paul Biya vient de désamorcer la bombe.

La tension est montée d’un cran à Ahala, un quartier de Yaoundé qui abrite le siège de la MIDA. Lorsque la machination a été découverte. En fait d’escroquerie, il s’agit d’un système savamment monté pour aguicher les jeunes, pour la plupart sans emploi à gagner l’argent facilement. Tu souscris 12000 F Cfa pour gagner 60 000 Fcfa quelques jours après. Il s’agit en fait du remake de la pyramide de Charles Ponzi initiée en 1920 à Boston aux Etats Unis qui lui a permis de devenir, grâce au mécanisme de la spéculation boursière de devenir milliardaire en quelques jours. Le mécanisme consiste pour les nouveaux souscripteurs de financer les investissements des anciens avec un taux d’intérêt très élevé.

Plus d’un milliard collecté en 6 mois

Installée au Cameroun depuis septembre 2017, la MIDA a fait miroiter des investissements, des emplois et autres financements à ses adhérents. Des milliers de jeunes se sont rués, à la conquête du gain facile. Des sommes colossales ont été colletées. Jusqu’au jour ou le pot aux roses a été découvert. Vaste escroquerie. un arrêté du préfet du Mfoundi est venu interdire toute activité de la Mida dans sa zone de commandement. Au cours d’une descente sur les lieux, les forces de l’ordre ont mis la main sur une importante somme issue de l’arnaque. On parle de près d’un milliards CFA. La foule des victimes s’est opposée « Notre argent ne bouge pas remboursez » La tension a atteint la cote d’alerte.

Une réaction sur le tard.

Il n’en fallait pas plus pour qu’un autre foyer de tension naisse. Un de trop. A la suite du préfet, un communiqué du ministre de la communication porte parole du gouvernement est venu mettre fin aux activités de cette organisation. Et pour cause « Cette organisation, présentée par des promoteurs mafieux sous plusieurs appellations usurpées, entre autres, la Commanderie d’Afrique de l’Ordre Militaire et Hospitalier de Saint Jean, Missions d’Intégration et de Développement pour l’Afrique – Ordre Apostolique de Saint Jean, n’a aucune existence légale sur le territoire national. Il s’agit en réalité d’une entreprise monstrueuse d’escroquerie de grande envergure, dont l’objectif déclaré par les initiateurs, sur fond d’activités dolosives, clientélistes et d’opérations de charme, est de faire miroiter à leurs victimes pour l’essentiel de jeunes camerounais – des formations, des recrutements et des financements mirobolants pour leurs projets »Une caution à la course au gain facile.

Et le communiqué du ministre de poursuivre « Le président de la République, chef de l’État, Son Excellence Paul Biya, a instruit le gouvernement de prendre toutes les dispositions nécessaires à l’effet de procéder au remboursement intégral des sommes extorquées aux victimes de cette vaste et abominable escroquerie » une instruction présidentielle qui sonne comme une caution à ceux qui se livrent à des activités d’enrichissement illicite et la course vers la gain facile.

© Camer.be : Ben BATANA