camernews-vincent-fouda

Opinion: Vincent Sosthène Fouda, l'imposteur qui voulait remplacer Paul BIYA

Par Mathieu Youbi Créateur du forum citoyen Le Cameroun c’est le Cameroun, sur facebook La responsabilité et la dignité m’obligent, pour parler comme Emmanuel Levinas, à donner une réponse au pâté d’alouettes maladroitement concocté par un personnage qui peine à savoir qui il est. Le samedi 11 janvier dernier vous avez publié une correspondance d’un certain Vincent Sosthene Fouda sous le titre : MATHIEU YOUBI UN CLEPTOMANE OU ALORS TOUT SIMPLEMENT UN NOUVEAU FEYMAN? Voici, en guise de droit de réponse pourquoi et comment on est arrivé à ce tissu de mensonges, de manipulation et de la calomnie vulgairement appelé Kongossa en langage camerounais.

Par Mathieu Youbi Créateur du forum citoyen le Cameroun c’est le Cameroun sur facebook

L’imposteur qui voulait remplacer Paul BIYA

Il y a 5 mois, dans le forum Le Cameroun c’est le Cameroun, sur la base des documents et des faits vérifiables, je démontrais que Vincent Sosthène Fouda Essomba, celui qui voulait être Président de la République du Cameroun, n’était pas digne d’avoir l’outrecuidance de solliciter le suffrage des Camerounais. Je produisais une photo montée par ses soins et envoyée au journaliste Seme Ndzana, où il affirmait avoir été reçu aux Etats-Unis par un sénateur afin de lui présenter l’affaire Vanessa dont il avait activement contribué à attirer l’attention de l’opinion publique. Je demandais à celui qui insiste pour avoir le titre de docteur à côté de son nom de justifier ce titre qui ne s’octroie académiquement qu’après soutenance d’une thèse de doctorat. Il avait promis d’apporter des preuves des faits que je dénonçais. J’ai entrepris cette démarche car je pense que notre société a besoin de repères et des personnes au comportement éthique. Car il ne suffit pas de se dire homme politique et d’écumer les plateaux de télévision pour donner des leçons. Je partais du constat que notre société semble abandonnée aux apprentis sorciers qui sont malencontreusement devenus des modèles pour notre jeunesse. Au point où l’imposture a été érigée en qualité et le mensonge en mode de vie. Je partais surtout du fait que celui qui fut expulsé du Canada et qui, au moment où on le mettait dans l’avion, déclarait qu’il devait être tué par le pouvoir de Yaoundé.

Paradoxalement, une fois descendu à l’aéroport de Yaoundé-Nsimalen, s’était subitement découvert un destin présidentiel. Depuis lors, Lui et ses multiples faux profils Facebook (Mantara Ebndw, Christian Wansi, Mireille Youbi, Kevin Owona, Victoire Etoundi, Lille lilloise, Kevin Owona, Garcia Tsogo, Owona Kevin, Ippaty Bebey, Patty B, Mireille Kamto, et j’en oublie ) avaient promis apporter des preuves des faits que je dénonçais. On attendait et on continue d’attendre ses réponses. Entre-temps, se sentant démasqué, il disparut du forum pour n’apparaitre que dans un forum qu’il a créé avec pour but affiché de détruire notre forum « le Cameroun c’est le Cameroun » et ses membres… Drôle de programme et de combat pour un homme politique qui se présentait comme le messie. On attendait réponse, que cette semaine Sosthène FOUDA ESSOMBA, alias Dr Sosthène Fouda nous a pondu un article dans lequel il balance des hommes des enfants et des femmes aux piranhas. Animé par une fougue meurtrière et en cohérence avec un instinct destructeur digne des personnages qui ont tout perdu, y compris leur honneur, il m’accuse de détournement de dons venus de l’Angleterre… sans dire qui a envoyé lesdits dons, à quel hôpital les dons étaient destinés, et à quelle date. Son esprit a fait ce qu’il sait faire : Inventer les faits et je suis étonné qu’à ce jour personne ne m’ait poursuivi pour détournement de ces dons qui n’existent nulle part ailleurs que dans son esprit..

Régler mon compte, s’attaquer au forum LCCLC afin de rendre le sien fort, tel est devenu le leitmotiv de ce pseudo politicien et prétendu universitaire. Pour discréditer Le Cameroun c’est le Cameroun( LCCLC) il fallait inventer quelque chose. Il a « diffamé » les membres du forum LCCLC composé de personnes responsables et adultes de s’être livrés à des parties de partouze à Paris où deux commémorations de notre anniversaire ont déjà été célébrées avec faste et bonne humeur. Son imagination fugace et maléfique parle aussi de Kribi qui n’a jamais accueilli une manifestation de LCCLC. Il a savamment commenté son amas d’inepties en me traitant de tous les noms d’oiseaux rares et de proxénète et illustré ce brûlot avec une photo de moi avec l’artiste camerounaise Charlotte Dipanda. Comme le ridicule ne tue pas il affirme détenir une vidéo prouvant ses allégations. Ceux qui ont, par souci de transparence, demandé la publication de cette vidéo et des preuves de ses allégations n’ont eu que du vent de verbiage et de la distraction. Il a encore fait des promesses comme celle de prouver qu’il est Docteur. Faudra aussi qu’il prouve qu’il est équilibré.

Dans son article, celui qui se présente comme journaliste( aussi) s’est livré non pas à la collecte des informations non pas à la révélation d’éléments probants mais à une série de faits édulcorés des articles dont il a tronqué la véracité des faits et des photos d’enfants qu’il a exploité pour des desseins obscurs :Salir Calomnier manipuler se venger de ceux qui ont découvert son vrai visage. Voilà ce à quoi il s’attèle aujourd’hui. Il faut être myope pour ne pas comprendre à la lecture de son article correspondance à www.Camer.Be que nous avons à affaire à un rancunier tenace un haineux oisif. Affirmer que le salon de Germaine n’existe pas est bien ubuesque car il suffit de se rendre à Nkolmesseng pour bien découvrir l’existence de ce salon qui est le fruit de la générosité de LCCLC et dont nous avons produit les photos et la joie de la jeune fille. Même dans le mensonge il est maladroit. Tout est bon quand on doit assouvir ses fantasmes. On attend un programme politique de lui, que sort-il de son chapeau ? Un amas de calomnies, de contre-vérités et de salissures comme on dit au Québec où il avait été expulsé (on va y revenir). Tout un texte où il n’y a pas une once de vérité. Quel calvaire !!!

J’aurais voulu avoir de la compassion pour celui qui ne travaille nulle part et qui n’a pas de domicile reconnu. Pour celui qui se présente comme Professeur d’université mais n’enseigne nulle part… Même pas comme vacataire dans un lycée. J’aurais pu me taire et surtout comprendre que l’oisiveté peut perdre un homme et que nous avons affaire à un psychopathe, car au vu des multiples échecs de sa vie qui finalement l’a réduit à n’exister que sur facebook. A lire son tissu de ragots sans preuve ni date et sans argument, on peut comprendre que celui qui est en ce moment sur le sursis d’une peine d’emprisonnement au Cameroun risque gros. Et comme un homme déjà enchaîné il cherche le malchanceux qui va pousser le législateur à le mettre où il doit normalement être : Derrière les barreaux.

Cet article est à l’image de celui qui l’a produit : flou, vague, haineux. Il s’est présenté aux Camerounais comme homme politique, voila ce que peut produire la loi camerounaise, c’est-à-dire qu’il suffit de déposer un dossier à l’administration territoriale et avoir le titre de homme politique. Mais la réalité a vite fait de rattraper celui qui n’a pour militant que lui-même. D’ailleurs Il a été recalé de l’élection présidentielle pour faux dans le dossier présenté à la commission chargée de valider les candidatures. Il s’est présenté au double scrutin d’octobre dernier, n’ayant fait aucun meeting, aucun programme, même pas pour une mairie, il s’en était sorti avec zéro voix, même ses faux profils n’avaient pas voté pour lui, normal, on ne vote pas sur facebook. Entre-temps, il a obtenu le financement de notre gouvernement, aux dernières nouvelles il n’a jamais produit le moindre rapport de ses fonds. Grâce à facebook l’homme aux multiples visages peut sévir, se donner une consistance….Dès que vous relevez l’inconsistance et la vacuité de ses discours vous êtes bloqué et il prend vos photos qu’il publie avec des commentaires scandaleux à votre insu. Quand il ne vous menace pas in box il se livre à un tribalisme primaire et odieux, vous promet supplice avant mort… Voilà notre homme.

Voici ce qu’il aurait du faire, s’il voulait être sérieux dans son article à propos de moi et du forum « Le Cameroun c’est le Cameroun ». Il aurait dû prendre un fait, recouper, interroger les acteurs et apporter des preuves,ça il ne l’a pas fait et il se dit journaliste. Je vais prôner la rectitude par un exemple de ce qu’il aurait dû faire.

Exemple : Qui est Vincent Sosthène Fouda Essomba ?

Sur wikipedia.org il écrit ceci, parlant de lui. Prenons un extrait
:

« Après son baccalauréat qu’il obtient en juin 1989 il part en France où il est accueilli dans la ville de Lyon et s’inscrit en classes préparatoires littéraire khâgne et hypokhâgne au Lycée du Parc dans le 6e arrondissement de Lyon. Il intègre par la suite l’école de journalisme de Lille puis retourne à Lyon pour une double formation de DEA en communication et de licence en philosophie à l’ENSSIB6 et à l’université catholique de Lyon. Il intègre alors l’institut d’études politiques de Grenoble d’où il obtient le titre de Docteur en Science Politique. 7 »

Remarquons qu’en dehors de l’année d’obtention de son baccalauréat ( On va y revenir), il ne donne aucune date ; il prétend intégrer les écoles et ne produit qu’ a la fin un diplôme, celui de docteur… Il ne suffit pas d’intégrer une école, il faut en sortir avec le diplôme de fin. Nous avons cherché à en savoir plus sur l’homme, sur son parcours scolaire et sur son périple sénégalais français et enfin canadien

PARCOURS SCOLAIRE CHAOTIQUE

Après moult échecs scolaires dans les années 80 à Yaoundé, notre mythomane dont le psychodrame fait penser à Arturo Ui de Bertolt Brecht et à Napoléon le petit (Napoléon III de Victor Hugo) qui ment comme les autres hommes respirent, a quitté le Cameroun en 1988 pour Dakar avec l’aide des pères Piaristes qui sont en charge de la paroisse catholique de la Cité Verte à Yaoundé. Il était alors considéré comme aspirant à la vie religieuse chez les pères piaristes et surtout comme candidat au baccalauréat qu’il n’avait pas pu obtenir au Cameroun. De sources sûres il avait été reçu au baccalauréat au Sénégal mais les pères piaristes, au vu de son comportement gélatineux avaient refusé de l’accueillir au postulat : il est renvoyé. Il profitera alors de la présence d’un prêtre originaire de sa région natale, qui ne le connaissait pas bien, pour présenter sa candidature chez les pères de Scheut en mentant qu’il était le fils d’un diplomate. Ce mensonge grotesque et le soutien du supérieur de la Congrégation du Cœur Immaculée de Marie (CICM) à Dakar dont la maison provinciale est située à Mvolyé ramèneront l’impétrant au Cameroun, et c’est à cette occasion qu’il fera la propédeutique à l’Institut de Philosophie Joseph Mukassa situé près de l’usine des eaux, sur l’ancienne route de Douala à Nkolbisson. En fin d’année il sera viré après avoir passé une seule année dans les études ecclésiastiques pour absence de résultats… Elève nul dépassant parfois les professeurs sur un autre domaine que l’école..

Grâce à la Congrégation de Saint Jean et avec l’appui d’un frère du village, Fouda se retrouvera en France quelques années plus tard pour essayer de devenir prêtre mais il sera une fois de plus exclu après une année, pour niveau moral douteux. Il posera alors ses bagages à Lyon où il s’inscrira à la faculté de philosophie de l’Université catholique de Lyon. Dans la ville de Lyon son esprit retors a tôt fait de réapparaitre. Il se présentera à certains comme prêtre et commence à célébrer des eucharisties à profusion et s’était spécialisé auprès des veuves. Lorsqu’on avait découvert qu’il était un faux prêtre il avait fui l’Université catholique et s’était inscrit dans une université d’État. En effet, ayant eu vent de ses activités, Il avait été dénoncé comme faux prêtre par l’Archevêché de Lyon et par le père provincial des Pères blancs, une congrégation missionnaire qui œuvre pour l’évangélisation de l’Afrique. Banni par la communauté camerounaise de Lyon et de ses environs et de la communauté des étudiants africains de Lyon, Fouda se retrouvera en Ile de France, du côté d’Evry. Là il est inconnu et il prendra une inscription éphémère à la Faculté de théologie protestante de Paris. Il part de postulant prêtre à postulant pasteur protestant sans rire. Normal, Dieu est partout. Etudes qu’il ne termina d’ailleurs pas. Personne n’eut plus de trace de lui. Faute d’avoir terminé ses études il ne sera jamais prêtre ni pasteur… « L’homme à qui la soutane échappait » aurait pu être le titre d’un livre sur lui.

MYTHOMANIE ET FANTASME DE DIPLOME

Tour à tour il se présente comme licencié en philosophie, Diplômé de l’Ecole de Journalisme de Lille – Diplômé de Sciences Politiques – Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothécaires (ENSSIB).

Vincent Sosthène Fouda n’a jamais été étudiant à la prestigieuse école de journalisme de Lille, comme l’atteste cette correspondance de l’École de journalisme de Lille. Marc Capelle, à qui nous avons demandé de vérifier si « Monsieur Vincent Sosthène Fouda » était bien un « Ancien » de LILLE, répond sans hésiter :

 » Mr
Après recherches il s’avère que nous n’avons pas cette personne dans la liste de nos diplômés.

Nous avons eu un « Dominique Fouda » qui est décédé.
Nous avons eu un « Emile Fouda » mais pas de « Vincent Fouda ».
Nous n’avons jamais eu de Monsieur Sosthène Fouda Essomba ce nom nous est inconnu.

Je pense que ce Monsieur revendique indument son titre d’Ancien de l’ESJLille.
Restant à votre disposition
Bien cordialement

Patricia Dormal
Assistante de direction
Direction générale
ESJ Lille
50 rue Gauthier-de-Châtillon – 59046 Lille cedex – France
Tél. : +33 (0)3 20 30 44 03 – Fax : +33 (0)3 20 30 44 94
patricia.dormal@esj-lille.fr – www.esj-lille.fr  »

Ce lugubre personnage se présente aussi comme Docteur en sciences politiques de l’Institut d’Études politiques de Grenoble. Et on peut voir ce titre dans son CV qui est affiché partout et par lui-même sur wikipedia.org. Un autre gros mensonge comme l’atteste cette correspondance du service académique de Grenoble :

 » Monsieur

Suite à votre demande ci-dessous Olivier IHL vous confirme que cette personne n’a jamais soutenu de thèse avec Richard Descoings ni obtenu son doctorat.
Cette affirmation ne peut être considérée que comme un pur mensonge ou une pure calomnie envers Richard Descoings (Qu’il présente comme son directeur de thèse personne n’a jamais su le nom de sa thèse.(Noté par nous))…

Espérant que cette information vous sera utile

Bien cordialement

C.RUEL
Catherine RUEL
Assistante de DirectionTél : 04.76.82.60.37 (2.60.37)Fax : 04.76.42.50.40
catherine.ruel@sciencespo-grenoble.fr

Adresse postale
Sciences Po Grenoble
BP48
38040 GRENOBLE CEDEX 9Accueil : 04.76.82.60.0  »

Il lui arrive aussi de se présenter comme ancien de l’Institut d’Études Politiques de Paris. Là aussi c’est un mensonge. Nous avons vérifié;

 » Cher Monsieur,

Je reviens sur votre demande du 09 avril dernier concernant Mr sosthene Fouda
visée en réf. Vous serait-il possible de nous préciser une date éventuelle
de diplomation et l’état civil date de naissance etc…Car nous ne trouvons pas trace de ce monsieur dans nos bases. Merci de votre
réponse par retour
Cordialement

Brigitte JUNG
Secrétariat du Pôle central
brigitte.jung@sciences-po.fr
Sciences Po
Direction des études et de la scolarité.
27 rue Saint-Guillaume 75337 Paris cedex 07 France
T/ +33 (0)1 45 49 55 74 – F/ +33 (0)1 42 22 31 26
www.sciences-po.fr  »

LE MENSONGE CANADIEN OU LA CHUTTE D’UN ANTI HUMAIN

Il est désormais clair que ce monsieur n’a produit que du faux, n’a pas pu tenir plus d’une année scolaire dans un des établissements qu’il a intégré. On comprend pourquoi il est flou sur son CV qu’il brandit partout. Il n’est donc pas celui qu’il prétend être. C’est un imposteur, un menteur viscéral. Une fois démasqué en région parisienne et connu comme de triste réputation dans les milieux camerounais, Fouda prit ses cliquess et ses claquess et les déposa à Québec au Québec. A beau mentir qui vient de loin. Dans un premier temps il se présentait comme socio-anthropologue, une spécialité qui n’existe pas en Sciences sociales, et enseignant Professeur au département de sociologie de l’Université Laval. Ce qui est naturellement faux comme l’atteste ce message :

 » NON ce monsieur Fouda Sosthene n’a jamais été professeur dans notre département (voir notre site web où sont affichés tous les professeurs à notre emploi ainsi que les chargés de cours)
Simon Langlois Directeur Département de sociologie
Université Laval 1030 ave des Sciences humaines Québec QC

Canada G1V 0A6tél 1 418 656 2142 bureau 1 418 656 7390 fax  »

Une fois démasqué à Québec, il plantera sa tente à l’université du Québec à Montréal, à la Chaire de Recherche du Canada en Mondialisation Citoyenneté et Démocratie en se présentant comme chercheur en France et voulant être Docteur ; un autre mensonge grotesque. Vérification :
« 

Monsieur Fonda a été il y a quelques années de cela associé à la Chaire en tant qu’étudiant. Comme monsieur Fonda a été retiré du programme de doctorat il n’a plus aucun lien à la Chaire MCd il n’est pas chercheur en sabbatique à notre Chaire un tel titre n’existe pas d’ailleurs.

J’espère ces informations suffisantes
*************
Joseph Yvon THÉRIAULT
Professeur de sociologie
Titulaire Chaire de Recherche du Canada en Mondialisation Citoyenneté et Démocratie
Université du Québec à Montréal
Pavillon Hubert Aquin Bureau A-1360
1255 rue Saint-Denis
Montréal (Québec) H2X 3R9Tel. : (514) 987 3000 #3917
Chaire MCD. : (514) 987-3000 #3366
Fax : (514) 987-7870
chaire.mcd@uqam.ca  »

Au Canada il atterrit donc après ses forfaits de France où il s’était aussi présenté comme Jésuite ordonné en France en plus de Professeur et Chercheur. Comme tel il tient les conférences, donne des interviews. Mais comme le mensonge a de courtes jambes, en mai 2010 le pot-aux-roses est découvert : il n’a rien de tous les titres qu’il a présentés. Les Canadiens ayant découvert ses côtés sombres de délateur. Il devient fiché comme faussaire à la police. Il est donc, conformément à la loi, sous le coup d’une expulsion. Pour se sauver il déclara que « «Si je prends l’avion je n’aurai pas le temps de sortir de l’aéroport explique-t-il. Je disparaitrai, le Cameroun tue les opposants. » (Voir vidéo sur le net) et donc qu’il demande l’asile politique. Un autre gros mensonge avec au passage une insulte au nom du Cameroun qu’il présente comme un pays où les opposants sont en prison. Après avoir épuisé tous ses recours pour tenter d’acquérir le statut de réfugié il sera expulsé vers Yaoundé au mois de juin 2010.Laissant derrière lui un autre scandale. En effet il se dit qu’il a brisé un des rocs sur lequel notre monde est fondé en sortant avec la mère et plus tard avec la fille une certaine Nzié dont nous n’avons pas pu avoir prénom ni identité . En éthique on parle d’un spécimen pareil comme un anti humain.

RETOUR AU PAYS NATAL VIDE COMME IL FUT PARTI

Une fois au Cameroun, Vincent Sosthene Fouda Essomba devient Dr Sosthene Fouda. Il aurait eu son titre de docteur dans l’avion, on comprend pourquoi un de ses anciens amis l’appelle « le docteur du ciel ».Il fonce à l’administration territoriale déclarer la création d’un parti politique. Un parti sans siège, un parti sans militant, même pas les membres de sa famille qui connaissent déjà l’homme. Bilan politique à ce jour : nul. A longueur de journée il fantasme sur le Professeur Maurice Kamto qui ne connait même pas son existence : un complexé en somme. Puis, le 20 Août 2011, la presse nationale va le découvrir dans l’affaire du bébé volé de Vanessa. Bon activiste, il fait des émules. Il est sur tous les plateaux de télévision, on aime l’écouter, car il sait aligner des phrases. IL raconte qu’il a fait l’analyse l’ADN de l’enfant volé par la magistrate.

Mensonge de bas étage pour se donner consistance car on n’a jamais vu ce test d’ ADN et ce n’est pas faute d’avoir demandé. Puis vint la surprise. Accusé par ses compagnons de combat d’avoir détourné l’argent collecté en France au profit de Vanessa. Infatigable et imaginatif, l’homme politique va trouver une parade pour rebondir : il se déclare aux Etats-Unis, où il aurait rencontré le sénateur démocrate Robert Menendez en compagnie d’un autre sénateur, Frank Lautenberg. Objet de la visite au Capitol : leur remettre un document de 45 pages sur le trafic des nourrissons au Cameroun mais aussi sur l’Etat des droits de l’homme et de la liberté de la presse. Pour justifier cette rencontre, il envoie au journaliste camerounais Ndzana Seme une photo où on le voit avec le sénateur. Re gros mensonge, manipulation, délire, fantasme, car on découvrira plus tard que cette photo est un montage, un grossier usage de photoshop. Comme on peut le constater plus bas

Le pauvre respectable journaliste à qui il a envoyé cette photo a perdu son sommeil et plume. Malgré lui, il a été à la base du plus gros mensonge journaliste du Cameroun. Car Sosthène Fouda n’avait jamais mis ses pieds aux Etats-Unis même s’il affiche sur son profil facebook comme résident à Houston…IL s’est donc servi du malheur de la pauvre fille Vanessa Tchachou pour se faire une image et se donner une consistance. A-t-on besoin de mentir si on sert une cause noble ? Piteux et hideux… Malgré tout ça, notre génie n’en démord pas, il parle, insulte, crie, manipule, fait le fou quand on lui pose des questions, écume les plateaux de télévision comme si rien ne s’était passé…en attendant qu’on découvre un autre scandale… une affaire de temps. Je vous laisse répondre à la question Qui est Vincent Sosthène Fouda Essomba à la lecture de ces faits et de l’image qui se donne. A chacun de refaire la même démarche aux numéros indiqués pour vérifier ses passages dans ces prestigieuses écoles. On a ici une confirmation qu’il y a trop d’imposteur dehors et qui veulent se donner en modèles. Notre société va mal.

Dans sa soif d’exister, Sosthene Fouda Essomba ne recule devant rien. Pas plus tard que la semaine dernière, en pleine crise sur le Franco-Camerounais Dieudonné, il entre en contact avec un journaliste de Paris Match, se présentant comme docteur résidant aux Etats unis ( un autre mensonge) et un proche de l’ humoriste, il livre des informations à charge sur Dieudonné( voir article dans paris match). Fouda Sosthène est une âme en peine qui est en recherche de sa propre identité et il cherche à jeter l’opprobre sur les honnêtes gens. Ce personnage est une sorte de petit aigri fonctionnant par saccades et même par foucades.Voila donc les faits d’armes de celui qui, à longueur de journée se déclare comme leader politique de la scène camerounaise. Notre société à mal à des gens de son espèce.

Je suis promoteur d’un forum, le plus populaire sur le Cameroun tant par le nombre de posts que par le nombre de membres. Un forum qui a bien un objet, un but et une fonction sociale. Nous cultivons le vivre ensemble et ce ne sont pas justement les ennemis de la cohésion sociale, des personnes troublées, non intégrées dans une société qui vont me faire douter. Je ne traine aucune casserole, aucun scandale. Mes faits d’armes au Cameroun et sur le continent font de moi un Africain digne et je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin. Je marche partout tête haute sans avoir besoin de me cacher comme ce lugubre monsieur au passé flou.

Voila ce que notre pseudo intellectuel, politicien de pacotille, tribaliste à ses heures perdues aurait dû faire s’il voulait prouver quoi que ce soit .Mais en avait-il les moyens intellectuels et l’esprit de discernement ? Négatif dans l’âme, aveuglé par sa vengeance et sa tentative de détruire un forum, il a oublie que : les mensonges ont de courtes jambes, qu’internet nous donne la latitude d’avoir des informations, que la loi camerounaise me donne la latitude de faire ce droit de réponse et surtout de poursuivre Mr Fouda pour diffamation et mensonge. Je ne vais pas me priver. Parions qu’il va disparaitre un moment mais il sera traqué.

 

camernews-vincent-fouda

camernews-vincent-fouda