« Nous faisons mieux avec peu de moyens »

Mme Allegra Baiocchi, coordonnateur résident du Système des Nations unies au Cameroun.

Des foyers de tension se multiplient à travers le monde et nécessitent le déploiement des Nations unies. Or, les moyens d’action deviennent de plus en plus limités. Comment faire ?

Nous faisons beaucoup de plaidoyers, afin d’avoir plus d’appuis indispensables pour atteindre nos objectifs. Mais nous voulons aussi apprécier la possibilité de faire mieux avec moins de moyens. A ce titre, nous intégrons les principes d’efficacité et d’efficience, pour essayer de répondre aux besoins urgents, même avec le problème de financements qui est assez dramatique. Comme vous le savez, pour ce qui est du Plan de réponse humanitaire du Cameroun, nous avons sollicité 300 millions de dollars mais nous n’avons eu que 100 millions de dollars. Donc, il est très difficile de mettre en oeuvre toutes les réponses qu’on voudrait, dans ces conditions.

Comment les Nations unies apprécient- elles la contribution du Cameroun dans la préservation de la paix?

Le Cameroun est justement impliqué dans plusieurs missions de paix à travers le monde. Au-delà, le gouvernement nous accompagne ici, notamment dans l’encadrement des réfugiés. C’est donc un partenaire important des Nations unies. Par ailleurs, dans la mise en oeuvre de l’agenda de développement durable, nous voulons accompagner le Cameroun afin de faire face aux défis qui s’imposent. Nous avons d’importants outils de dialogue et de partenariat pour développer ce pays ensemble.

Parlant justement de ce partenariat entre les Nations unies et le Cameroun, quels en sont les axes prioritaires ?

Nous avons plusieurs de nos agences représentées dans le pays. A ce titre, nous nous déployons dans des domaines variés comme la santé, l’éducation, la lutte contre la pauvreté, la gestion des crises dans des régions qui subissent l’impact de la crise centrafricaine ou de Boko Haram. Sur ce plan, nos actions se concentrent dans l’Extrême- Nord, le Nord, l’Est et l’Adamaoua. C’est donc un engagement fort dans le domaine de l’appui humanitaire : apporter des solutions aux besoins des réfugiés et déplacés internes. Aujourd’hui, le partenariat ancien avec le Cameroun passe aussi par le développement durable. Nous essayons donc d’accompagner le gouvernement dans l’atteinte des Objectifs de développement durable. Le Cameroun est très engagé dans cet agenda global et nous l’accompagnons dans la réalisation de ces différents objectifs.