camernews-pierre

Ngaoundéré (Adamaoua): Le nouveau site de prière de la communauté musulmane divise les populations

Ngaoundéré (Adamaoua): Le nouveau site de prière de la communauté musulmane divise les populations

Les familles déguerpies par le Lamidot de Ngaoundéré revendiquent l’espace accordé à la communauté musulmane. Dimanche dernier lors de la fête du Ramadam, celles-ci ont envahi le nouveau lieu de prière situé au quartier Beka Hosseré.

La tension est vive entre les personnes déguerpies par le Lamidot de Ngaoundéré dans la Région de l’Adamaoua et la communauté mulsumane. Les premiers réclament au quartier Beka Hosseré le nouveau site de prière donné au deuxième. Dans son édition du 28 juin 2017 le quotidien Le Jour raconte qu’il s’en est fallu d’un peu pour que la prière de fin de jeûne du Ramadam soit perturbée dimanche dernier par cette population déguerpie plaignante. Des familles entières ont envahi le site de prière, apprend-on des colonnes du quotidien. Elles avaient alors pris avec elles, matelas et certains meubles. C’est grâce à l’intervention des gendarmes informés de la situation, qu’elles ont finalement été dispersées. A l’action des gendarmes, s’est ajoutée l’arrivée sur les lieux du Lamido de Ngaoundéré et du Gouverneur de la Région qui a contribué à apaiser les tensions. Le quotidien rapporte que tout de même «le chef du quartier Onaref et une demi-dizaine de meneurs ont été arrêtés».

Pour mieux comprendre cette affaire, il faut savoir qu’il y a 48 familles qui ont été délogées du site actuel de prière de la communauté musulmane. Le quotidien précise que leur déguerpissement a été possible avec le concours du Gouverneur de la Région. Mouhamadou Labarang l’un des plaignants rencontré par le journal a déclaré «l’objectif de cette contestation est de faire connaître la vérité à nos frères musulmans de Ngaoundéré. Des familles ont été expulsées du site qui leur sert de champs de prière sur instruction du Lamido de Ngaoundéré et du Gouverneur de l’Adamaoua. Nous sommes dans la rue avec nos enfants». A en croire ce dernier, les familles déguerpies ont une correspondance du Préfet de la Vina et du Lamido de Ngaoundéré. Ladite correspondance leur octroie le droit de s’installer sur le site querellé.

Le journal raconte qu’Ahmadou Modibo a offert la somme de 150 000 FCFA pour ce site de 8 hectares. «Soutenu par sa Majesté Mohamadou Hayatou Issa, le Gouverneur Mohamadou Hayatou Issa le Lamido de Ngaoundéré, le Gouverneur de l’Adamaoua et les responsables des domaines déclarent à l’unanimité le site d’utilité publique. Selon le Gouverneur il s’agit du domaine privé de l’Etat. Une donation est faite à la communauté musulmane de Ngaoundéré sous le couvert du Lamido de Ngaoundéré au profit de familles installées depuis plusieurs années sur le site. Le Lamido de Ngaoundéré initie alors les casses des maisons. Les occupants sont chassés au mois de mai 2017», peut-on lire dans le journal.

Joint au téléphone par le quotidien le Lamido de Ngaoundéré s’est refusé de tout commentaire sur le sujet. Le Gouverneur de la Région a déclaré «la communauté musulmane a fait la demande et nous avons marqué notre accord parce qu’il s’agit d’un domaine privé de l’Etat. Les gens doivent savoir que l’intérêt général prime sur l’individualisme».

camernews-pierre

camernews-pierre