Narcisse Kouokam : 35 ans au royaume du rire

L’humoriste camerounais a célébré récemment à Yaoundé plus de trois décennies à parcourir les scènes du monde.

«Mon parcours a commencé comme une blague et il se terminera en histoire ». Cette histoire, Narcisse Kouokam l’a inscrite en lettres d’or dans les annales de la culture camerounaise. L’humoriste a célébré ses 35 ans de carrière le 24 mai dernier à Yaoundé. Un événement ponctué par une série de One man show et la représentation de sa pièce théâtrale à succès « Le mariage de Miche », sous la direction artistique du metteur en scène Jacobin Yarro.

Pendant plus de trois heures, Narcisse Kouokam et ses frères d’armes (Basseek Fils Miséricorde, Jeanne Mbenti, Hoga, Major Assé et bien d’autres) ont tenu le public du Palais des Congrès en haleine, arrachant des fous rires à chacune de leurs vannes. Le talent de Kouokam n’a pris aucune ride, encore moins une couche de poussière. « J’ai eu l’occasion de voir Narcisse Kouokam à ses débuts. Je me réjouis de cette progression. J’ai passé une excellente soirée. On a rigolé et on s’est détendu », se souvient le ministre Grégoire Owona, présent ce soir-là.

Satire de la société camerounaise avec ses nombreuses tares, dont le vivre ensemble, la polygamie, la cupidité et la corruption, le « PDG des établissements pompes funèbres la bonne mort » remet les travers de la société sur les planches depuis 1979. A 57 ans, l’humoriste jouit d’une carrière bien remplie. Ce fan du célèbre comédien Ambroise Mbia a été mordu par le virus de l’humour dans les années 70 alors qu’il était encore au collège. Il prêtera sa voix à de nombreuses pièces de théâtre dans la troupe de son établissement et interprétait des sketches en solo.

Après son cursus scolaire, Narcisse Kouokam officie tour à tour à la Société de Transport urbain du Cameroun et au Crédit agricole du Cameroun. Peu de temps après, il claque la porte, range son costume de bureaucrate et renoue avec l’humour. Commence alors son long périple sur les planches des frasques et du rire. Son acharnement au travail portera ses fruits. L’homme qui était encore « en quête de nom » se produira pour la première fois à la présidence de la République en 1985.

[InArticle]

Attaché à ses pairs, il a partagé la scène avec feu Jean Miche Kankan, feu Essindi Mindja et Dave K. Moktoi. Il engrange de nombreux lauriers. Chevalier de l’ordre de la valeur, il s’est produit sur presque tous les continents. De ses voyages, l’humoriste garde de précieux souvenirs. « L’honorable » a d’ailleurs participé à la campagne présidentielle d’Omar Bongo Ondimba en 1998. A ce jour, sa prestation la plus mémorable est celle donnée à l’Assemblée générale de l’Onu en 2009, lors de la commémoration des victimes de l’esclavage transatlantique devant le Secrétaire général Ban Ki-Moon.

Toujours à l’écoute de ses cadets, il compte créer une Fondation Narcisse Kouokam pour la promotion des jeunes talents. Autre ambition : l’organisation du Festival international du rire de Yaoundé en mai 2020. Bien avant cela, il clôturera la célébration de ses 35 ans de carrière par un show au cabaret Black Diamond ce 31 mai à Yaoundé. Il est attendu à Douala le 14 juin