Musique: la « Rev’evolution » de Guy Manu

L’artiste vient de mettre sur le marché discographique un nouvel album de neuf titres.

Un tour dans les points de vente du disque mérite le détour. Dès les premières notes, le mélomane se laisse allègrement aller à la découverte de ce nouvel opus qui exhale un parfum de maturité. Sept titres bien épicés et bien sentis. Cela rappelle un peu les premiers pas de l’artiste dans le monde du showbiz où il s’est révélé au monde avec  le titre « Sous-préfet ». Les nostalgiques trouveront dans cette autre galette les titres « Ça va se savoir » et « Ba tété », deux reprises pour se souvenir du bon vieux temps. « A mon avis, ces deux titres n’ont pas été bien écoutés, faute de promotion », justifie l’artiste. Autant l’album fait danser, autant il laisse à méditer. Dans un hommage à Françoise Foning, la défunte maire de Douala V, l’artiste opère un retour vers ses origines Bangangté dans un bend-skin bien senti à travers la chanson « Femme, homme d’affaires ». Il décrie ces relations opportunistes entre hommes et femmes qui gagnent de plus en plus du terrain. Cet opus est aussi un hymne à la femme camerounaise. « La Camerounaise » salue le dynamisme de cette dernière qui contribue de manière remarquable à l’économie du pays.

Baptisé « Rev’evolution », cet album est avant tout un concept que l’artiste a lui-même créé et qui s’apparente à une révolution pour interpeller tout Africain sur l’avenir du continent. Il illustre sa pensée sur la pochette de l’album avec ces multiples bras portant le berceau de l’humanité. Désormais installé au Cameroun après plusieurs années dans l’Hexagone, Guy Manu a décidé de confectionner ce nouvel album avec ce que les studios locaux ont comme crème en matière d’instrumentistes.