Mondial football Montaigu : les minimes en France

La sélection nationale doit y disputer des rencontres amicales avant le début de la compétition le 11 avril prochain

 

Ils ont pris l’avion pour la première fois. Excités, apeurés, face à un choc d’émotions, ils ont fait le grand saut. 18 des 20 joueurs retenus pour la participation du Cameroun à la 45e édition du Mondial football Montaigu U16, en France, ont quitté le Cameroun lundi dernier. Les deux autres, pour des raisons administratives, sont arrivés plus tard. Un départ plein d’émotions pour les parents qui se sépareraient pour la première fois de leurs gamins. Jean-Baptiste Noah, défenseur, a vu « toute » sa famille l’accompagner. Sa mère en premier. A l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen, formateurs, amis, parents étaient là pour les « bénir ». Raoul Sanda Danzabe (milieu de terrain), son copain, Maurice Multher Tabi Mula, tous deux sortis des entrailles d’Apejes de Mfou, affichent le même regard craintif mais, avec au fond, une espèce de lueur, de pétillement. L’absence du nom d’un joueur, François Dylan Ekongolo, l’un des meilleurs du groupe pendant l’UNIFFAC fait jaser… Il était également l’une des pépites lors des rencontres amicales.
Pendant la mise au vert au Centre technique de la Fédération camerounaise de football à Odza, ils ont disputé et remporté cinq matchs. A Montaigu, le groupe aura des sparring-partners « sérieux » : Guingamp, la sélection de Bretagne  et enfin le Stade Rennais U17, vainqueur du tournoi de Montaigu des clubs l’an dernier et réputé pour son centre de formation. Le premier test était d’ailleurs hier contre Guingamp.
Steve Régis Mvoue, le capitaine et ses coéquipiers arrivent tous dans un nouvel environnement. « Ils n’ont jamais joué contre des petits blancs. Ce seront de bons matchs pour nous, parce qu’ils nous permettront de nous situer. La première rencontre sera difficile parce qu’elle sera la première dans ce contexte. La compétition se joue à 12. Le Cameroun est logé dans le groupe A, l’un des quatre de la compétition, avec la France (match le 11 avril), pays organisateur et la Chine (match le 12 avril). La compétition débute le 11 et s’achève le 17 avril prochain.

 

Ils ont dit

 

Cyprian Junior Kah Nkwoh: « We Are Ready »

Midfielder Lions U-15

“We are well prepared for this tournament because we played some friendly matches against local teams and we will have some other matches in France. I think it’s a different environment for my team mates and I. It will be the first time we are participating in an international tournament in Europe. I know it will not be easy, but we are going to do our best. We have a solid team and know each other for some time now. We are highly motivated for the competition”.

 

Steve Régis Mvoue: « Nous avons hâte d’y être »

Capitaine sélection minimes

« Nous avons fait trois semaines de stage. Le groupe qui a joué l’UNIFFAC a été renforcé. Avec les autres, nous nous connaissons mieux. Nous travaillions deux fois par jour. Et cela nous a aidé. Nous allons disputer trois matchs amicaux dès notre arrivée contre des équipes différentes. Cela nous aidera à nous acclimater mais également à découvrir le football européen. Nous avons hâte d’y être même si nous sommes un peu stressés. Nous espérons transformer ce stress en quelque chose de positif ».

 

 Joseph Siewe: « C’est un tournoi mythique »

Sélectionneur des Lions U-15

«  Nous avons bien travaillé. L’esprit est assez homogène pour aborder ce type de tournoi. Nous avons 20 joueurs issus de la détection. Nous avons renforcé le groupe en qualité. Nous aurons trois matchs-tests à Nantes avant le début de la compétition. Cela complètera les trois semaines de travail avec ces gamins. La France et la Chine, nos deux adversaires, sont des équipes bien constituées. Il faut battre la France pour espérer vivre longtemps dans cette compétition. Montaigu est un tournoi mythique. Ce retour permettra aux joueurs de se mesurer à leur catégorie sur le plan international. C’est un tournoi relevé. C’est le renouveau, nous devons repartir sur de bonnes bases. Ils devront prendre conscience de leur potentiel assez tôt pour faire une bonne compétition ».