camernews-Louis-Marie-KAKDEU

MESSAGE DE FIN D’ANNÉE 2014 : PAUL BIYA PARLE DE BOKO HARAM SANS EN DIRE LA VÉRITÉ

MESSAGE DE FIN D’ANNÉE 2014 : PAUL BIYA PARLE DE BOKO HARAM SANS EN DIRE LA VÉRITÉ

Cheveux teintés en noir, Paul Biya très fatigué, a ouvert son message de fin d’année 2014 par une excuse opportune : le bouc-émissaire Boko Haram et les bandes armées qui sévissent au nord et à la frontière de la RCA. Quoi de plus opportun ? La guerre a bien sûr des effets néfastes sur le bon fonctionnement du pays. C’était la priorité de 2014. Sauf que Paul Biya en parle sans nous dire la vérité.

Tous les Camerounais se posent une seule question de nos jours : que veut Boko Haram? Qu’est-ce qui les pousse à se sacrifier tant? Pourquoi s’entête-t-il à se faire massacrer au Cameroun? C’est curieux. Il n’y a pas d’actes criminels sans mobile. Paul Biya fait bien de rappeler que ce n’est pas pour des raisons religieuses que cette secte agit. Quelles sont donc les raisons ? Qui est mieux placé que le chef de l’Etat pour en parler à la nation ? A-t-il peur de parler des velléités de déstabilisation de son régime ? Par qui ? Certains désignent la CIA, la France, etc. Paradoxalement, le Chef de l’Etat camerounais se félicite de la contribution de ces partenaires extérieurs dont les Etats-Unis. Que se passe-t-il alors ? Paul Biya nous laisse dans la spéculation. Les Camerounais entreront dans 2015 sans savoir la réalité.

Pour le reste, Paul Biya est dans son baratin habituel. Il est le seul président au monde qui lit un cours d’économie publique en lieu et place d’un bilan. Au moment où en Côte d’Ivoire, le Président Ouattara célèbre la nouvelle année avec le troisième pont, Paul Biya dit que ses « grandes réalisations » sont en chantier ou « en bonne voie ». Sauf que cela dure depuis 32 ans et le « bout du tunnel » annoncé en 1998 tarde toujours à venir.

La seule vraie annonce faite dans ce discours est la volonté de « freiner l’importation des denrées que nous sommes en mesure de produire ». Mais, une fois de plus, Paul Biya n’est pas sérieux. Cela reste un principe économique énoncé en décalage avec les réalités car, le même Paul Biya a engagé contre l’avis de la société civile le Cameroun dans les accords APE qui permettront de détruire les productions nationales. Il ne faut pas mentir. Il ne freinera rien. Il se pose-là un réel problème de cohérence politique. Pire, il est le premier à regretter la non-mise en œuvre du nouveau code des investissements adopté depuis 2013 et qui prévoit de vraies mesures incitatives pour notre économie. Mais, la faute à qui ? Paul Biya parle comme si ce n’est pas lui qui devait engager son application.
 
On peut dire en fin de compte que le ridicule ne tue pas. Le seul bilan positif de Paul Biya en 2014 est d’ordre militaire. Les Camerounais sont tous unis derrière leurs forces de défense pour la sécurisation du pays et la défense de l’intégrité du territoire. Pour le reste, Paul Biya se moque des Camerounais. Il annonce 283 443 emplois créés : peut-être, c’est au front qu’il les a créés! Ou encore, il compte les moto-taximen qui sont l’icône de la misère au Cameroun. Il ne peut pas avoir de création d’emplois structurants sans investissements.

Au lieu de poursuivre l’engorgement de la fonction publique avec l’ouverture des postes supplémentaires comme c’est le cas actuellement, Paul Biya, qui reconnaît que le monde est devenu libéral, devrait plutôt renforcer les mesures incitatives pour l’investissement notamment dans les domaines de l’agriculture et de l’industrie.

 

camernews-Louis-Marie-KAKDEU

camernews-Louis-Marie-KAKDEU