camernews-refugies-nigerians

Lutte contre Boko Haram: Les autorités refoulent 205 déplacés Nigérians

Lutte contre Boko Haram: Les autorités refoulent 205 déplacés Nigérians

Ces déplacés fuyaient des combats entre l’armée nigériane et les rebelles de Boko Haram.

C’est une information contenue dans l’hebdomadaire l’Œil du Sahel, édition du 11 janvier 2016. Le journal rapporte qu’à la demande du gouverneur de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakary, 205 déplacés nigérians ont été refoulés du Cameroun le 9 janvier.

En précisant que les déplacés étaient majoritairement des femmes et des enfants âgés entre 1 et 6 mois, notre confrère écrit: «Sous la vigilance de deux éléments de la gendarmerie, ils ont été transportés ducanton de Mémé pour le carrefour Gaglé à Maroua. Ici, avant de poursuivre leur long périple vers Guider et Bourha pour enfin atterrir à Mubi au Nigeria, le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord leur a offert à manger et à boire».

Selon le témoignage d’un habitant de Mora, «L’armée nigériane bombarde des positions de la secte dans le cadre de la préparation d’une vaste offensive terrestre. Cela a un impact sur le quotidien des populations,dont certaines, il est vrai, s’étaient déjà accoutumées de la présence des terroristes de Boko Haram. Donc, elles traversent la frontière pour se réfugier au Cameroun».

Les populations refoulées envisageaient se rendre, dans le camp des réfugiés de Minawao, situé dans l’arrondissement de Mokolo, où se trouvent déjà plus de 50.000 de leurs compatriotes. «Prudentes, les autorités camerounaises voient d’un mauvais œil cet afflux de déplacés en provenance principalement des zones où la secte est encore en activité. D’où les mesures prises par le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari, et qui ont débouché sur le rapatriement», souligne le bihebdomadaire.

C’est ainsi que les 205 déplacés ont été remis aux autorités de leur pays «à la frontière entre le Cameroun et le Nigeria, du côté de l’arrondissement de Bourha», précise l’Œil du Sahel.

camernews-refugies-nigerians

camernews-refugies-nigerians