LUTTE CONTRE BOKO HARAM : CINQ MILITAIRES TUÉS PAR DES BOMBES

LUTTE CONTRE BOKO HARAM : CINQ MILITAIRES TUÉS PAR DES BOMBES

Leurs voitures ont sauté sur des engins explosifs improvisés hier et samedi dernier, près d’Achigachia dans le département du Mayo Tsanaga.

Hier, mardi 16 décembre 2014, des militaires du 42ème bataillon d’infanterie motorisée (Bim) ont trouvé la mort. Le sergent Roland Taguem, le caporal Doume et le soldat de 2ème classe Divain Ndjifendi ont été tués par un engin explosif improvisé (Eei) que des mains criminelles avaient déposé sur la route qui relie Zelevet et Gouzda non loin d’Achigachia, dans le Mayo Tsanaga. Trois autres de leurs camarades ont été blessés.

Samedi dernier, deux autres soldats du 42ème Bim avaient eux aussi été tués par un Eei. Vendredi 31 octobre dernier, une Land cruiser avec à son bord des soldats du Bir dont deux officiers supérieurs avait sauté sur une charge explosive.

Au cours de l’incident, un caporal avait trouvé la mort tandis que les deux commandants du Bir s’en étaient sortis commotionnés. Ils étaient accourus alors qu’on leur avait signalé qu’une 504 Peugeot qui faisait du transport public entre Kousséri et Kolofata avait sauté sur un Eei à Fina. Dans ce village qui est le dernier avant d’entrer à Fotokol, un camion chargé de réfugiés nigérians avait lui aussi sauté cette fois-là, dimanche le 02 novembre dernier, sans faire de victimes.

Ces explosions d’engins explosifs improvisés fait dire à des militaires au front que la menace Boko Haram à qui ils attribuent ces incidents a muté. « Boko Haram a essayé avec nous les attaques en souplesse en passant sur nos flancs sans succès, ils ont ensuite tenté des attaques en force c’est-à-dire frontales, sans plus de succès, maintenant ils ont opté pour l’usage des Eei, qui sont les moyens de la lâcheté. Nous les attendons, mais, il ne faut pas être surpris si les prochains jours ils essaient de faire sauter des charges plus importantes dans nos marchés surtout dans le Logone et Chari où ils ont la sympathie de certaines populations », prévient un militaire.

 

camernews-Soldat-Cam

camernews-Soldat-Cam