camernews-Longue-Longue

LONGUE LONGUE : LE « LIBÉRATEUR » LIBÉRÉ

LONGUE LONGUE : LE « LIBÉRATEUR » LIBÉRÉ

Après sa libération de prison en France, l’artiste a été accueilli par ses fans à l’aéroport de Douala, jeudi 15 janvier 2015.

Il est environ 18h ce jeudi 15 janvier 2015. De jeunes gens, une cinquantaine, ont pris d’assaut le parking de l’aéroport international de Douala. Ils veulent tous se déporter vers le grand hall, là haut, mais le nouveau règlement en vigueur le leur interdit. Ils sont impatients de rencontrer leur « star », Longuè Longuè. L’annonce de sa venue a certainement mis du baume dans leur coeur. L’atterrissage de l’avion parti de France était annoncé pour 17h dans la capitale économique.

Mais les curieux avaient déjà pris position bien avant, apprend-on. Munis de tam-tam et autres instruments de percussion, les fans clubs représentés font des animations. Ils revisitent quelques ritournelles d’abélé bien connues. Sur des banderoles et pancartes, ils ont écrit des messages de soutien à l’endroit du « Libérateur ». On peut lire sur certaines  d’entre elles : « Libérateur libéré », « Le pays t’adore ». Un autre fan brandit un tableau. La toile représente le portrait de l’artiste.

Lorsque l’avion à bord duquel se trouve Longuè Longuè foule le sol de l’aéroport international de Douala, il est environ 19h. Les formalités habituelles sont respectées. Puis, l’artiste peut traverser le grand hall et rejoindre les de fans massés dehors, près des escaliers. L’auteur de « Privatisations » se présente à eux tout joyeux. Il a arboré un  maillot des Lions Indomptables du Cameroun, floqué du dossard de l’attaquant Vincent Aboubakar. Il a un bonnet sur la tête et une écharpe autour du cou, estampillés du logo de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot).

Le nombre de fans a doublé. L’animation aussi a gagné en intensité. On se bouscule pour voir. On se marche dessus. Difficile de faire des photos. On entend dans la foule des gens scander « Libérateur libéré ! ». Longuè Longuè salue ses fans. Il reçoit un bain de foule. Il « entre » dans l’animation, sautille. Dans un moment accordé à la presse, le père de « Ayo Africa » a déclaré « je pardonne à ces gens  là. Mais pardonner n’est pas synonyme de peur ou de faiblesse ». Le chanteur ferait ici allusion à ceux qu’il taxe de « détracteurs ».

Il poursuit en disant : « Je remercie Samuel Eto’o. Je remercie le gouvernement camerounais qui ne m’a pas abandonné quand j’étais en prison ». Longuè Longuè a ensuite fait le tour du parking de l’aéroport au rythme de la batterie des joueurs d’abélé. Il s’est dirigé vers la sortie de l’aéroport. Il a ensuite été embarqué à bord d’un véhicule de marque Hummer. Un fan indique qu’il se rend à son domicile au quartier Pk12, où une animation grandiose est organisée en son honneur. Les fans ont d’ailleurs emprunté la même direction, pour aller poursuivre la communion avec l’artiste.

Historique

De son vrai nom Simon Longkana, l’artiste Longuè Longuè a été condamné le 02 décembre 2011 à huit ans de prison par la Cour d’Assises du Tribunal de grande instance de Bordeaux en France, pour une affaire de viol sur mineure. Mais ses ennuis judiciaires ont commencé depuis le 19 novembre 2005, lorsque qu’il est interpellé à Nantes en France et inculpé pour le viol de la nièce de sa compagne âgée de 17 ans. Il est incarcéré à la maison d’arrêt de Gradignan, près de Bordeaux.

Libéré le 22 février 2006 après le paiement d’une caution de 5,2 millions Fcfa, il est placé sous contrôle judiciaire avec l’interdiction de sortir de la France. Une interdiction qui sera levée le 19 août 2008 par la cour d’appel. L’affaire rebondit en septembre 2010, lorsque le chanteur de makossa est condamné à 10 ans de réclusion criminelle par la Cour d’Assises de la Gironde. Le 05 janvier 2011, Longuè Longuè obtient la liberté provisoire contre le paiement d’une caution avec l’aide de Samuel Eto’o. La clé de sa liberté, il l’obtient en remportant son procès en appel en France mardi 16 décembre 2014.

 

camernews-Longue-Longue

camernews-Longue-Longue