Lions indomptables: un goût aigre-doux

Le Cameroun a enregistré une victoire et une défaite pour ses deux premières sorties post-CAN.

Retour sur terre. Trois mots qui résument, en français facile, la semaine que viennent de vivre les Lions indomptables. Pour la période FIFA de ce mois de mars, le Cameroun étrennait, pour la première fois depuis son sacre en février dernier au Gabon, ses habits de champion d’Afrique à l’occasion de deux matchs amicaux le 24 contre la Tunisie et le 28 face à la Guinée. Bilan ? Une victoire plus ou moins convaincante face aux Aigles de Carthage à Monastir 0-1 et une défaite, 2-1, face au Syli national à Bruxelles.
D’où ce brusque retour à la réalité après un mois passé dans les nuages. D’ailleurs, après le succès contre la Tunisie, le sélectionneur national, Hugo Broos, avait tiré la sonnette d’alarme : « Il y avait des joueurs très hautains. Que chacun sorte de l’euphorie ». Malgré des soucis dans le jeu et des approximations, les Lions avaient fait preuve de caractère avec un but opportuniste de Vincent Aboubakar. Mardi dernier, c’était pourtant une toute autre histoire. Et pour cause, Hugo Broos avait logiquement choisi de mettre en avant les remplaçants habituels. On a donc eu une équipe totalement expérimentale, avec justes quelques « cadres » comme Ngadeu, Mandjeck ou encore Zoua et des visages inconnus. Et cette équipe-là aura été en deçà des attentes, n’offrant pas beaucoup d’alternatives au staff. A ce sujet, Christian Bassogog, meilleur joueur de la CAN 2017, a constitué une déception au vu de ses deux prestations. On se dira qu’il n’y a pas le feu et qu’il ne s’agissait là que de rencontres amicales, même si cela aura une incidence sur le prochain classement FIFA.
Il n’en demeure pas moins que cette défaite met fin à la bonne lancée de l’équipe. Même si ça peut être un mal pour un bien. Pour le sélectionneur national, ces deux rencontres amicales étaient nécessaires «pour que chacun sorte de la CAN et que le travail recommence ». Cet objectif a été clairement atteint. Il s’agissait aussi d’essayer de nouveaux joueurs pour avoir des alternatives à certains postes. C’est pour cela que seuls 16 champions d’Afrique avaient été convoqués pour ce stage. Sur ce point aussi, on peut dire qu’Hugo Broos doit continuer à prospecter et que certains joueurs, dont les conditions d’arrivée en sélection demeurent encore floues, n’ont pas le niveau pour arborer ce maillot désormais flanqué de cinq étoiles. A moins de deux mois de la coupe des Confédérations, il va falloir en tout cas mettre les bouchées doubles pour avoir le meilleur groupe capable de représenter le continent.