camernews-nicolas-nkoulou

Lions indomptables: Nicolas Nkoulou bafoue une décision de justice

Lions indomptables: Nicolas Nkoulou bafoue une décision de justice

Le Lion a été condamné depuis 2009 par la Chambre nationale de résolution de litiges, à payer entres autre environ 19 millions à « titre de manque à gagner » à son agent, Olivier Guy Noah, pour rupture abusive du contrat. Une décision que le joueur refuse d’exécuter selon le plaignant.

C’est depuis 2009 que cette histoire entre le Lion indomptable, Nicolas Nkoulou et son agent, dure. Le verdict de cette affaire relative à la « rupture du contrat de médiation », avait été rendu le 18 décembre 2009 par la Chambre nationale de résolution des litiges de la Fecafoot. Le Lion Indomptable avait été alors condamné à payer à titre « de manque à gagner », la somme de 30 000 euros soit environ, 19 679 700 Fcfa et la somme de 2 500 Euro soit 1 639 975 F Cfa pour « atteinte à l’image de marque», à son agent Guy Olivier Noah. Seulement depuis que le verdict de cette affaire a été rendu (décision N°005/FCF/CNRL/2010), l’international camerounais n’a pas cru devoir s’exécuter. Après plusieurs démarches entreprises tant au Cameroun qu’en France, lieu de résidence du défenseur camerounais, le plaignant n’a toujours pas obtenu gain de cause. «Au contraire, par des mauvaises manœuvres, peu orthodoxes bien connues dans le milieu mafieux du football camerounais et notamment à la Fédération camerounaise de football, celle-ci par une alchimie juridique a voulu prendre une décision contraire pour annuler la première devenue longtemps exécutoire et irrévocable», confie le plaignant. Las d’attendre la réaction du sociétaire de l’Olympique de Marseille, l’agent de joueur a encore saisi la Fecafoot par une correspondance datée du 5 septembre 2013, avec pour objet, « requête d’intervention ». Une missive qui n’a jamais porté de fruit. «J’attends toujours la réaction de la Fecafoot afin que Justice soit faite », regrette-il. Le Messager a saisi le Lion Indomptable, Nicolas Nkoulou, par message électronique le 8 juin 2014, faute de le joindre par téléphone, mais aucune réaction n’a été obtenue de sa part. De même, après plusieurs tentatives vaines initiées afin de joindre le secrétaire général de la Fecafoot et le responsable de la Communication entre le 4 et 8 juin 2014, votre journal a saisi par courrier électronique la Fecafoot qui ne s’est jamais manifesté. 

 

 

camernews-nicolas-nkoulou

camernews-nicolas-nkoulou