camernews-etoo

LETTRE AU TRES DISTINGUE SAMUEL ETO’O !

LETTRE AU TRES DISTINGUE SAMUEL ETO’O !

Mon frère Samuel,De l’Angleterre où tu continues d’émerveiller le monde par ton incontestable talent, j’imagine que tu as très mal. Tu souffres, non parce qu’il te manque huile, farine ou abri, mais parce que, depuis quelques années, tu es écorché quotidiennement par l’ingratitude de ton peuple. Les tiens ne veulent pas te reconnaitre à ta très juste et grande valeur.

Sans doute, Samuel, fils du Cameroun, tu te retournes d’interrogations, tu te désoles de la trahison, sport favori de ceux qui jalousent les bénédictions et les grâces divines ! Que veux tu, fils d’Eto’o, nous sommes sur la terre des hommes… Judas n’était jamais très éloigné du Christ. D’ailleurs, c’est lui qui tenait la Caisse.

A la suite de tous les évènements qui ont précédé la Coupe du Monde 2014 au Brésil, tu as dû comme moi, redécouvrir la duplicité des tiens. De la péripatéticienne Nathalie KOAH que tu as enrichie par centaines de millions, en passant par tous les journalistes, apparatchiks de l’Etat et de la Fecafoot, tu as tout vu et entendu. Oui Samuel, ainsi est malheureusement ton peuple. Ils te détestent, mais ils ne se retiennent pas lorsqu’il faut honteusement profiter de tes millions.

Aujourd’hui, bien que certainement fier de tes jeunes frères qui ont déculotté le grand Yaya Touré et sa troupe « d’éléphants », certains tentent de mettre en comparaison ces espoirs du football Camerounais et leur Grand Maître que tu es.

Sans mettre un doute sur leur talent prometteur, qui de Clinton NJIE ou d’ABOUBACAR Vincent ne t’a pris pour idole ou n’a été inspiré par tes sublimes exploits ? Oui Samuel, c’est grâce à toi que 70% des jeunes footballeurs Camerounais et même africains ont aujourd’hui pour rêve de devenir footballeur professionnel. C’est toi Eto’o qui a valorisé le métier de footballeur dans notre pays. Qui ne se souvient de ces années où, attaquant très brillant et prolixe du FC Barcelone, tu faisais vibrer tout le peuple Camerounais de dribles insolents et de buts intrépides contre les clubs les plus emblématiques d’Espagne et d’Europe ?

Qu’a t-on fait de ce drapeau (vert-rouge-jaune) dont tu t’enveloppais le corps devant toutes les grandes télévisions du monde aux soirs des finales de la Champions league ? A ces moments si particuliers, chaque Camerounais était traversé par une vive émotion et une légitime fierté. Pourtant, aujourd’hui, on te fait le « procès du drapeau ». On ose t’accuser d’avoir humilié le Premier Ministre de ton pays. Personne n’ose dire que cette cérémonie de « remise de drapeau », inutilement camerounaise, fut improvisée et que le protocole du Premier Ministre fut défaillant.

Bien évidemment Samuel, il faudrait admirer et saluer ton courage, celui d’avoir voulu voir claire dans la répartition de fonds générés par la qualification des Lions Indomptables à la Coupe du monde brésilienne. Le faisant, on t’a accusé « de faire du désordre » au sein de l’équipe. Certains auraient bien voulu reproduire les vieilles habitudes « fecafootaises ». En clair, ton crime fut de vouloir ouvrir les yeux !

Samuel, cette semaine, j’ai suivi un certain Martinez ZOGO, charlatan du micro d’une radio urbaine de Yaoundé, recommencer à verser sa bave haineuse sur toi. Comme au plus fort de l’affaire de la vendeuse de charmes Nathalie KOA, il t’encore couvert de dénigrement. Il soutient que chaque fois que tu te montres généreux, tu ne manques pas d’en faire la publicité. Oui, si tu le fais, je crois comprendre pourquoi et il faudrait continuer à la faire.

Samuel Eto’o, tu es une grâce pour le Cameroun que tu chéries par-dessus tout. Tes compatriotes devraient se sentir très honorés d’avoir un fils et frère aussi valable. Ton éclaboussant talent, tes innombrables conquêtes sportives, ton aura, ta notoriété, ta fortune et tout ce que tu fais par pure amour pour ce pays, obligeraient tes ennemis, (même les plus imbéciles) à tourner leur langue plus d’une fois avent de te vilipender. Comme Roger Milla ou le clan Noah, tu es devenu le meilleur passeport de ceux qui vont hors de nos frontières.

Bien plus, ta générosité, débordante, a certainement changé plusieurs destins dans ce pays. Samuel, qui, saint d’esprit, pourrait ignorer que tu as sorti un grand nombre de tes compatriotes d’une misère certaine et que tu mis fin à la pauvreté chez beaucoup. Tiens, j’ai dis pauvreté ?

Oui, pauvreté ! Elle n’est pas que matérielle. Elle est également morale et spirituelle. Comment comprendre que des soi-disant « instruits » se demandent encore « Eto’o a même fait quoi pour le Cameroun ? »

Au fait, que veulent ils que tu fasses et qu’ils ne peuvent accomplir eux-mêmes ? Le football est le métier que tu as choisi et que tu exerces avec


panache et autorité. Certains ont préféré être autre chose : médecin, ingénieur, comptable, agronome et j’en passe. Que font-ils pour le Cameroun et les Camerounais ? Mensonges, commérage, haine, bluff, faux, détournement de fonds publics et privés, etc…Et à y regarder de près, le premier ennemi du Cameroun, c’est le Camerounais. Personne ne fait correctement son travail, mais tout le monde accuse Eto’o et Paul Biya.

Mon frère Eto’o, je ne t’ai jamais rencontré. Non parce que je ne le désirerais pas, mais parce que nos occupations ne l’ont pas encore permis. Je sais que tes détracteurs me taxeront de tous les noms. Ils diront que tu m’as payé ou que je te fais « l’atalakou ». Mais Samuel, si ces haineux te jalousent gratuitement, que ne diront-ils pas de ceux qui savent réellement ce que tu es et ce que tu vaux ?

Pour ma part, je ne suis qu’un modeste compatriote qui se délecte de ton immense talent depuis plusieurs années et qui aimerait bien un jour avoir le privilège te rendre hommage de vive voix et avoir l’honneur de me faire prendre en photo à tes côtés. Salut Grand Champion ! Salut, très distingué compatriote !

 

 

camernews-etoo

camernews-etoo