camernews

Les Réussites économiques camerounaises – Jean Samuel Noutchogouin : Riche et Effacé

Les Réussites économiques camerounaises – Jean Samuel Noutchogouin : Riche et Effacé

Beaucoup n’ont découvert la véritable dimension de la richesse de cet expert en produits d’élevage qu’après la publication de son livre et le récent classement du magazine Forbes.

ABandjoun, son village natal, il est le voisin direct de Victor Fotso. Sa maison, ou plutôt sa concession de Mbo, n’est pas aussi vaste que celle de son illustre voisin et renseigne d’ailleurs mal sur la fortune de cet homme d’affaires discret et peu porté au tape-àl’oeil. Contrairement aux autres riches, il ne marche pas dans un cortège de véhicules rutilants, ne se fait pas entourer de bodyguards nerveux et hautains, n’attend pas les courbettes des connaissances, etc.

Lors des rares apparitions publiques qu’il fait encore, son chauffeur se charge de lui tenir la main et de l’installer sur n’importe quel siège que lui indique le comité d’organisation. Une humilité et une disponibilité rares pour un vieil homme, confortablement assis sur des milliards. On se demande bien comment un homme aussi polyvalent a pu passer inaperçu pendant de longues années.

A Bandjoun, les missionnaires chrétiens se sont installés assez tôt. Et avec eux, l’école des Blancs et la culture du livre. Mais cette présence remarquable à Mbo pour les protestants et à Pète pour les catholiques n’a pas empêché les populations du reste attachées à la tradition de continuer à aller au champ et de faire l’élevage. Malgré la richesse de ses fils, on pratique l’élevage dans une maison sur cinq dans ce village. Avec les moyens de bord. Le flair de Jean Samuel Noutchogouin est d’avoir su répondre aux besoins des siens.

« Il n’y a pas un seul résident de l’Afrique Centrale, qui, du lever du jour au coucher du soleil, peut achever sa journée sans consommer une denrée, utiliser un objet ou un service qui ne ramène à des intérêts liés à Jean Samuel Noutchogouin, (Jsn) un des Camerounais les plus fortunés, mais dont la discrétion reste jusqu’à ce jour, de mise », lit-on dans la note de lecture de son autobiographie, parue il y a peu. « Il connaît tout ce qui concerne la volaille », résume un ancien collaborateur. Grâce à la Société des Provenderies du Cameroun (Spc), il s’est imposé dans la sous-région comme le plus grand producteur d’aliments pour bétail tout comme il assure la distribution des poussins pour les fermes. Pour allier la théorie à la pratique,  il est aussi un des plus grands aviculteurs et éleveurs de porcs.

Manufacture

Il ne faut pas croire que son génie s’est arrêté à la lisière des fermes. Sans diplôme en commerce ou en ingénierie, Jean Samuel Noutchogouin ne cache pas qu’il est l’actionnaire camerounais le plus important du groupe Cfao. Ainsi, en utilisant un rasoir Bic, un stylo de la même marque, vous êtes au contact d’un produit de son portefeuille.

De même, il a des tentacules dans la distribution des véhicules Toyota, Peugeot, ou encore Suzuki. Pour contourner les mauvais coups, le natif de Bandjoun compte des immeubles à Douala et Yaoundé et s’est lancé dans les transactions bancaires à travers la Banque Atlantique. Lorsqu’il vient au monde en 1933, Jsn est tout sauf un futur riche. Dans « A la mesure de mes pas », il retrace l’itinéraire du petit orphelin qu’il fut, accompagnant sa mère au marché du village, quand on ne l’y envoyait pas avec trois tubercules de manioc, pour les vendre. Il finit par y découvrir une vocation et abandonne l’école. Intuitif, il va flairer un bon filon en se rendant compte qu’à Bafoussam, les cultivateurs manquaient d’outils.

Il commence par acheter de la ferraille à Nkongsamba pour la faire transformer par des forgerons traditionnels en houes, haches, machettes, … C’est tout naturellement que sa première boutique sera une quincaillerie. La Spc marque l’entrée du commerçant dans le monde de l’industrie et de la transformation. Avec Icrafon, il devient le roi du plastique. L’acquisition de Banque Atlantique viendra couronner une vie consacrée à l’accumulation des richesses.

Selon des proches, il a été profondément marqué par la mort de son fils aîné, Jean Roger Noutchogouin, que certains présentaient comme le successeur naturel. Mais il saura bien trouver un autre parmi ses enfants vivants, dont certains sont engagés dans des carrières libérales et prometteuses. Reste à savoir si le moment venu, ce dernier avec les complications de l’école occidentale, saura maintenir la cohésion de la famille et faire des mises aussi porteuses que celle d’un père peu lettré mais si avisé.

 

camernews

camernews