Les premiers architectes formés au Cameroun sont sur le marché de l’emploi

Et c’est avec faste et solennité que cette première promotion des lauréats sortis de l’Ecole supérieure spéciale d’architecture du Cameroun (ESSACA) a été célébrée à Yaoundé, en présence du représentant personnel du chef de l’Etat, le Pr. Jacques Fame Ndongo, ministre de l’Enseignement supérieur, chancelier des Ordres académiques. Prenaient également part à cette cérémonie le ministre de l’Habitat et du Développement urbain et (Minhdu), Jean Claude Mbwentchou et celui du Travail et de la Sécurité sociale (Mintss), Grégoire Owona. Au cours de cette nouvelle page de l’histoire dans la formation des architectes au Cameroun, l’on retiendra désormais que Christian Victor Ndende Mbarga, Jean Paul Ndongo et Patrick Yossa Tchokotcheu sont les premiers à avoir passé six ans de formation aux métiers d’architecture. « Il est révolu le temps où la formation et la quête d’expertise dans ce domaine névralgique étaient sous-tendues par le sceau de l’extraversion », a déclaré le Pr. Jacques Fame Ndongo qui, a par ailleurs, salué l’abnégation, l’audace et surtout l’esprit créatif du promoteur de l’ESSACA, Jean Jacques Kotto. « Vous n’avez pas voulu reproduire mécaniquement les schèmes architecturaux venus d’ailleurs. Vous avez fait preuve d’originalité et de perspicacité », a ajouté le représentant personnel du chef de l’Etat. Baptisée les trois « R » étoilés de l’architecture (Responsabilité, Renouveau et Rayonnement), cette première promotion a présenté des projets susceptibles de changer la physionomie de grandes villes que sont Yaoundé et Douala. A ces premiers lauréats, le Pr. Jacques Fame Ndongo a recommandé « de pérenniser la « Cameroonian way of life » enracinée dans l’identité de notre Rio Dos Camaroes, de nos forêts, de nos savanes, de nos steppes, de nos montagnes, de nos vallées, de nos cités et de nos villages, mais aussi une way of life ouverte à l’universel ». Désormais nantis de Master II, ces premiers professionnels formés au Cameroun dont l’âge varie entre 24 et 26 ans, sont mis à la disposition du Minhdu afin de contribuer de manière perspicace à l’émergence du Cameroun à l’horizon 2013. C’est par une exhortation des pionniers de l’architecture au Cameroun à récuser les pratiques tant décriées par le chef de l’Etat, notamment l’inertie, la corruption et la perte du sens de l’intérêt général que la cérémonie s’est achevée.