Les lauréats du «prix annuel de l’innovation pour l’Afrique 2015» sont connus

L’ingénieur camerounais Arthur Zang, qui faisait partie des nominés, n’a pas été retenu. A l’honneur cette année: trois créateurs venus du Maroc, du Kenya et d’Afrique du Sud

 

L’ingénieur camerounais Arthur Zang n’a finalement pas été retenu au terme de l’évaluation des candidatures présentées cette année pour le «Prix annuel de l’Innovation pour l’Afrique» (Innovation Prize for Africa, IPA). A l’honneur pour l’édition 2015: Trois chercheurs venus du Maroc, du Kenya et de l’Ouganda.

Le concepteur du Cardio Pad – tablette médicale enregistrant et traitant l’électrocardiogramme (le signal cardiaque) d’un patient avant de le transférer à une station distante par le biais de réseaux de téléphonie mobile – faisait pourtant partie des 10 nominés avec 04 Sud-africains, 02 Kényans, un Ougandais, un Marocain et un Burundais.

Le jury de l’African Innovation Foundation (AIF) a accordé le Prix de l’Innovation pour l’Afrique, doté de 100.000 dollars, au chercheur marocain Adnane Remmal, pour avoir développé un produit «fournissant aux agriculteurs africains une solution pour améliorer la production de l’élevage tout en tenant compte des besoins de santé des consommateurs», d’après un communiqué rendu public jeudi, 14 mai. La cérémonie de remise des prix a eu lieu à Skhirat, au Maroc.

Le second prix, d’une valeur de 25.000 dollars, a été accordé au chercheur kenyan Alex Mwaura Muriupour avoir «développé un système permettant de résoudre le défi rencontré par les agriculteurs africains pour accéder à des capitaux, en vue de financer les plantations et les récoltes, en offrant une alternative à la charge de prêts financiers à travers son projet Farm Africa Capital.»

Le Sud-africain Lesley Erica Scott a reçu le troisième prix, «prix spécial de l’impact social» d’une valeur de 25.000 dollars pour sa «Smartspot TBCheck». «Le produit phare de Smartspot, TBcheck, examine la précision des machines utilisées dans le diagnostic de la tuberculose. Il est conçu pour évaluer si ces machines fonctionnent de façon optimale», a expliqué le jury, soulignant par ailleurs que la méthode d’évaluation de TBCheck a été approuvée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

«Pour la première fois cette année», tous les candidats ont reçu un don de 5000 dollars comme «fonds de soutien pour stimuler leurs différentes innovations dans leurs pays d’origine», explique l’organisateur.