les dangers présentés aux jeunes.

C’est dans le cadre d’un atelier spécifique ténu  mardi dernier à Yaoundé.

«Le tabac nuit gravement à la santé ». Ces inscriptions ont beau être présentes sur les paquets des cigarettes, la consommation du tabac dans notre société se porte bien. C’est pourquoi la Coalition camerounaise contre le (C3T) a organisé un nouvel atélier de sensibilisation mardi dernier au Centre Jean XXIII de Yaoundé  sous la houlette du Dr. Flore Ndembiyembé, coordonnatrice du projet. Le ministre de la Santé publique y était représenté par Pascal Magloire Awono, secrétaire permanent du Comité national de lutte contre les drogues.

L’objectif général de cette rencontre visait à informer les participants sur les activités non règlementaires de l’industrie du tabac. A travers plusieurs exposés, les parties prenantes ont été édifiées sur le sujet, ceci en vue de trouver des mesures permettant de lutter contre la prolifération des produits tabagiques au Cameroun.

Le milieu solaire était particulièrement ciblé par les communications. Question d’y contrôler et maîtriser la circulation de ces produits nocifs. Des responsables d’établissements, des journalistes, des organisations non gouvernementales, ainsi que des jeunes, chacun a tour à tour,  apporté sa contribution.

Parmi les mesures proposées figurent le renforcement de la sensibilisation anti-tabac en milieu scolaire, l’accompagnement par les pouvoirs publics dans certaines actions de lutte. Pour Dr. Flore Ndembiyembe, « Le tabagisme est une maladie de comportement ».

Il n’est donc pas question de la laisser se propager sous toutes les formes. Déjà, des clubs anti-tabac ont été crées par la C3T dans certains établissements dans les régions du Sud et du Centre.