camernews-cameroun

Le taux de bancarisation en progression au Cameroun

Le taux de bancarisation en progression au Cameroun

Le taux de bancarisation au Cameroun se situait à 13,8 % à la fin 2011, après avoir stagné des années durant à moins de 5 %.

Après des années de stagnation – à moins de 5 % d’après le Fonds monétaire international (FMI) -, le taux de bancarisation a connu une forte évolution au Cameroun. À la fin 2011, cet indicateur se situait à 13,8 %, selon le président de l’Association professionnelle des établissements de crédit du Cameroun (Apeccam), Mathieu Mandeng, qui était à l’ouverture le 20 novembre du Forum international de la finance en Afrique subsaharienne (Fifas), à Douala.

Cette évolution est attribuable notamment à l’extension du réseau bancaire. À ce jour on compte 355 agences sur le territoire. L’instauration dès juillet 2011 du service bancaire minimum garanti a également favorisé cette tendance à la hausse. “Il s’agit d’un bouquet de 15 services délivrés gratuitement aux particuliers, réduisant ainsi le coût d’accès aux services bancaires”, affirme Mathieu Mandeng. La création il y a trois ans du Fonds de garantie des dépôts en Afrique centrale (Fogadac) pour protéger les petits épargnants de la sous-région – indemnisation à hauteur de cinq millions par client et par banque en cas de faillite d’un établissement – constitue le troisième pilier de cette évolution favorable.

2 800 milliards de F CFA

L’amélioration du taux de bancarisation devrait se renforcer dans les années à venir avec la finalisation du Groupement interbancaire en Afrique centrale (Gimac) qui favorisera entre autres la généralisation de la carte bancaire et de la réforme cadastrale.

L’Apeccam regroupe en son sein 21 membres, dont 13 banques qui géraient plus de 2 800 milliards de F CFA de dépôts (environ 5,8 milliards de dollars) au 31 mai 2013 et plus de 2 000 milliards de F CFA de crédits.

 

camernews-cameroun

camernews-cameroun