camernews-Abakar-Ahamat

Le gouverneur attendu au tribunal administratif

Le gouverneur attendu au tribunal administratif

C’est pour une affaire qui l’oppose au douanier Ahmadou Aminou.

Depuis le 10 juillet 2014, l’adjudant principal des douanes Ahmadou Aminou, plus connu dans la ville de Ngaoundéré sous l’appellation de Sankara, a déposé au tribunal administratif de Ngaoundéré une requête aux fins de sursis à exécution qui a été enregistrée au greffe ce même 10 juillet 2014 sous le numéro 26/2014. Le douanier dit être totalement contre l’arrêté régional du 11 juin 2014 du gouverneur de l’Adamaoua, le suspendant, ainsi que d’autres collègues.

Les déboires du douanier Ahmadou Aminou commencent le 29 avril 2014. Ce jour-là, Minette Libom Li-Likeng, directrice générale des Douanes sort une note de service N°099/MINF/DG/DGD portant désignation à titre intérimaire des responsables dans certains services déconcentrés de la direction générale des Douanes. Ahmadou Aminou alias Sankara passe de la brigade commerciale à la brigade mobile de Ngaoundéré. Ce poste était occupé jusqu’à cette date par le chef secteur Vincent Nkengfua.

Un peu plus d’un mois après, Aminou apprend qu’il est affecté à Banyo. «Le 10 juin 2014, lors d’un séminaire, l’un de mes agents m’annonce que le gouverneur vient de m’affecter à Banyo en complément d’effectif. Je me suis rapproché du babillard et j’ai vu cette note. Je me suis rendu chez le gouverneur. Il m’a fait comprendre que le chef secteur lui a dit qu’il y a des agents qui sont partis en retraite et qu’il y avait des postes vacants et que c’était ça sa motivation.

Lorsque je lui ai montré la note du Dg du 29 avril m’affectant, il m’a dit qu’il allait rectifier cela, puis je suis parti», relate Ahmadou Aminou. Sauf qu’entre temps, le chef  secteur des Douanes débarque avec une autre correspondance N°003467 du DG des Douanes, avec pour objet, «lettre d’observation a/s du climat de travail des douanes de l’Adamaoua». Minette Libom Li-Likeng écrit :

«Mon attention a été, une fois de plus attirée sur le climat de travail malsain qui règne dans le secteur des douanes de l’Adamaoua». La patronne de la douane camerounaise poursuit en ces termes: «En effet, les querelles incessantes entre le chef secteur et ses principaux collaborateurs notamment le commandant du groupement actif, le chef de bureau principal hors classe, le chef de brigade commercial et les officiers d’appui ont atteint la côte d’alerte et paralysent le service». «Tout en permettant à vos collaborateurs d’exercer pleinement leur mission statutaires, vous devez désormais vous consacrer aux tâches d’élaboration, de planification, de contrôle et d’évaluation en vous appuyant sur les précieux outils  que sont le reporting des contrats d’objectifs », prescrit Minette Libom Li-Likeng.

Au bas de cette missive, elle conclut en disant ; «Enfin, vous veillerez au respect du principe de l’intangibilité de la répartition de la prime de transit». Et c’est dans ce climat que le gouverneur a fait affecter Ahmadou Aminou. A la lecture de la lettre et sur proposition du chef secteur des Douanes de l’Adamaoua,  Vincent Nkengfua, le gouverneur de l’Adamaoua, Abakar Ahamat, suspend certains responsables en service au secteur des douanes de l’Adamaoua. Pour ce qui est de la suspension, trois douaniers de la région de l’Adamaoua sont concernés. Il s’agit de l’adjudant des douanes Paul Ekumka, chef de la brigade commerciale de Bankim suspendu pour détournement des quittances; de l’adjudant des douanes Haman Daïrou occupant les fonctions de chef de poste des douanes de Kontcha pour détournement de derniers publics (9.600.545 Fcfa) et de l’adjudant principal des douanes Ahmadou Aminou.

Pour ce dernier, les motifs de suspension sont: insubordination, usurpation de fonction et indélicatesses diverses. Selon nos informations, la Dg des douanes aurait écrit au gouverneur de l’Adamaoua lui demandant de sursoir à sa décision de suspension. Ce qui n’a pas encore été fait jusqu’ici. Le 20 juin 2014, l’adjudant principal des douanes Ahmadou Aminou introduit un recours gracieux préalable auprès du gouverneur avec ampliation au ministre territoriale et de l’Administration et de la décentralisation, au ministre des Finances et à la directrice générale des Douanes. Sa lettre restée sans suite, Sankara a donc décidé de passer à la vitesse supérieure en saisissant le tribunal administratif. Entre temps, il a été primé lors de la soirée des oscars de la Douane en mai 2014.

Mieux, un mois plus tard, la brigade qu’il dirige a été placée en tête du classement au niveau national selon les chiffres du mois de juin. Sur cette affaire qui  alimente toute les conversations dans la capitale de la région de l’Adamaoua, le gouverneur Abakar Ahamat que nous avons rencontré, n’a pas voulu se prononcer.

camernews-Abakar-Ahamat

camernews-Abakar-Ahamat