Le Camerounais Roger Nkodo Dang dément toute suspension du budget du Parlement panafricain

Le sommet des chefs d’Etat de l’Union africaine (UA) ouvert le 2 juillet 2018 à Nouakchott en Mauritanie, a connu quelques remous. Cela à cause des informations faisant état de ce que le Conseil exécutif de l’UA, pour des motifs de mauvaise gestion, aurait suspendu le budget du Parlement panafricain (PAP), dirigé par le Camerounais Roger Nkodo Dang .

S’exprimant sur les médias publics du Cameroun le 2 juillet, le président du PAP, organe de l’UA dément : « C’est une aberration. C’est une ignorance totale de l’organisation panafricaine. Dans l’Union africaine, les organes sont les suivants : la Conférence des chefs d’Etat, le Conseil exécutif, le Parlement panafricain, la Cour de Justice, et la Commission de l’Union africaine. Comment un organe consultatif peut suspendre l’autre ? Le Conseil exécutif est un organe délibérant. Il fait seulement ses propositions, qu’il soumet à la très haute sanction des chefs d’Etat.»

Le président du PAP explique que certains ministres des Affaires ont affirmé qu’ils ont des informations selon lesquelles, Roger Nkodo Dang aurait procédé frauduleusement à des recrutements du personnel et aurait détourné des deniers publics. Sur ce point, le Camerounais répond : « Le Parlement panafricain ouvre les postes lorsqu’ils sont disponibles dans son organigramme. Un consultant procède au recrutement et il envoie les noms de trois personnes qualifiées pour que le président du Parlement sélectionne l’un des candidats ». Un processus de recrutement qui n’est donc pas piloté par le Camerounais.

M. Nkodo Dang ajoute : « Sur le budget, le règlement intérieur du Parlement panafricain stipule que le secrétaire général rend compte de la gestion financière en plénière. C’est dire que le secrétaire général est un tiers détenteur. Il est ordonnateur du budget, il est liquidateur, il est comptable et il est billeteur. Jamais, en matière de gestion de budget, le président n’est impliqué. Le président défend le budget certes, mais c’est le secrétaire général qui en est le gestionnaire ».

Au final, explique le président du PAP réélu le 10 mai 2018 pour un second mandat de trois ans, le budget du Parlement panafricain pour le compte de l’exercice 2019 s’élève à 18,5 millions de dollars US (soit environ 10 milliards FCFA). Il a été approuvé par la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernements de l’Union africaine. Ce budget va être exécutoire dès la fin de l’audit de performance que les présidents africains ont prescrit d’ici le 15 novembre 2018.

Sylvain Andzongo