Le Camerounais Hope Sona Ebai brigue le poste de Directeur exécutif de l’ICCO, l’instance faîtière du cacao mondial

En septembre prochain, le Camerounais Hope Sona Ebai (photo) sera parmi les trois candidats au poste de Directeur exécutif de l’International Cocoa Organisation (ICCO). Il a lui-même révélé sa candidature au cours d’une audience que vient de lui accorder le ministre des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella, auprès de qui il est allé solliciter le soutien des pouvoirs publics camerounais et discuter de sa future stratégie de campagne électorale.

Ancien directeur général de l’Office national du cacao et du café (ONCC), Hope Sona Ebai cumule près de 30 ans d’expérience dans l’économie cacaoyère au Cameroun, en Afrique et dans le monde. Après l’ONCC qu’il a dirigé pendant 7 ans, ce petit-fils de producteur de cacao a, pendant 11 ans, occupé le poste de Secrétaire général de l’Alliance des pays producteurs de cacao (Copal), qui pèse 75% dans la production mondiale de fèves.

De cette posture à la Copal, Hope Sona Ebai, natif de la région du Sud-Ouest du Cameroun, fut l’artisan de  l’organisation des Sommets des chefs d’Etat des pays producteurs de cacao d’Afrique à Abuja en 2006, et à Accra en 2007. Il est également crédité de l’organisation de quatre conférences internationales sur la recherche sur le cacao.

Depuis son départ de la Copal, il a posé ses valises à la World Cocoa Foundation (WCF), une organisation internationale formée par les 100 plus grandes entreprises de l’industrie cacaoyère dans le monde, et dont l’un des plus grands financiers est le milliardaire américain Bill Gates à travers sa Fondation Bill & Melinda Gates.

Au sein de cette organisation qui pèse 80% dans l’industrie cacaoyère mondiale, Hope Sona Ebai, diplômé d’économie agricole de l’Ohio State University, aux Etats-Unis, pilote l’African Cocoa Initiative (ACI). Implémenté au Cameroun, au Ghana, en Côte d’Ivoire et au Nigeria, ce programme doté d’un budget d’environ 7,5 milliards de francs Cfa sur 5 ans, vise à institutionnaliser des modèles efficaces pour soutenir la croissance durable de la productivité et l’amélioration de la sécurité alimentaire dans les exploitations de cacao.

Parmi les réalisations de l’African Cocoa Initiative au Cameroun, l’on peut citer un appui au financement du programme New Generation du Conseil interprofessionnel du cacao et du café (CICC), qui vise à rajeunir les producteurs et les plantations de cacao dans le pays ; et le financement de la mise en place d’une pépinière de 15 hectares, avec le concours de l’Institut de recherche agricole pour le développement (IRAD).