camernews-finke

Le blog de Enganche : Recette d’un désastre à venir

Le blog de Enganche : Recette d’un désastre à venir

Je commencerai par noter que ce blog post n’est pas une motion de soutien à Finke et je l’aurais écrit pour n’importe quel coach dans sa situation. Il faut dire qu’au Cameroun, on tolère n’importe quoi. Comment le président de la Fécafoot peut-il envoyer une demande d’explication au coach de l’équipe nationale à la suite d’un match amical perdu face à une solide équipe nigérianne ? La seule personne qui devrait être visée par une telle demande est bel et bien le capitaine de l’équipe nationale qui a abandonné ses camarades.

De plus la non réponse à ladite demande fait office de raison du limogeage du coach.. Vraiment… Quand on est souverain on a pas besoin de pretextes aussi bidons pour prendre ses décisions.

Monsieur le président de la Fécafoot, les matchs amicaux sont faits pour jauger son équipe, pour essayer des choses et voir le comportement de son équipe face à un adversaire valable sans pression de résultat. Le classement FIFA n’accorde presque rien pour une victoire en match amicaux sinon, n’est-ce pas que la France serait leader de ce classement et l’Italie, la dernière ? Nous nous devons de jouer contre des équipes africaines capables de nous battre et qui nous aideraient à peaufiner notre préparation et non aller perdre notre temps en Thailande pour le cachet qui vient avec.

Le football moderne est comme du lait sur le feu, il nécessite un suivi constant et attentionné. La chimie entre les joueurs ne se crée pas en coupe d’Afrique ou durant les éliminatoires surtout qu’aucun de nos joueurs n’a comme coéquipier en club un partenaire chez les lions. Le match contre le Nigéria était parfait pour notre préparation, car l’adversaire a joué à fond, nous a fait payer cash nos erreurs et nous a rappelé que le football se joue sur des détails. Si Mbia prend deux cartons jaunes aussi bêtes ou encore Kweuke passe à côté de son sujet contre le Niger, l’issue du match de Niamey pourrait être le même.

Belinga et Djonkep méritent d’avoir de meilleurs conditions de travail. Ils ne doivent pas servir à satisfaire la politique de l’oie des dirigeants de la Fécafoot : s’ils échouent, nos dirigeants utiliseront cet échec pour aller chercher un autre inconnu expatrié au salaire exhorbitant. S’ils réussisent, ils seront des héros populaires pour avoir camerouniser le poste de selectionneur de l’équipe nationale. Dans tous les cas ils sont gagnants, contrairement au football camerounais qui perd dans les deux cas.

Un succès durable nécessite des bases solides et une vision claire et déterminée. C’est malheureux de savoir que nos dirigeants continuent de penser qu’il redoreront le blason du football camerounais en jouant à la chaise musicale avec le banc de touche des lions.

Les demi finales de la coupe du Cameroun continue de se jouer sur la terre battue pendant que le Nigéria et le Mali U17 se qualifient pour les demi-finales du mondial de la catégorie en venant à bout du Brésil et de la Croatie respectivement. Tous deux entraînés par des locaux.

Le Niger doit se frotter les mains puisqu’il rencontre le Cameroun qui est en proie au doute. Ils vont certainement penser qu’ils sont dans des conditions idéales pour décrocher une victoire mémorable à domicile contre les quadruples champions d’Afrique. Espérons que les joueurs pourront faire le vide, se concentrer sur leur sujet et nous ramener un résultat positif de Niamey. Après tout, n’est-ce pas l’esprit Lion Indomptable ?

 

camernews-finke

camernews-finke