camernews-Armee

L’armée camerounaise à la conquête du Lac Tchad

L’armée camerounaise à la conquête du Lac Tchad

L’opération fait partie d’un plan de la FMM pour reprendre pied dans ce sanctuaire de la secte terroriste.

Ventre mou du dispositif des pays engagés dans la guerre contre Boko Haram, l’armée camerounaise, par le biais du secteur n°1 de la Force Multinationale Mixte (FMM) commandée par le général Bouba Dobekréo, a lancé une vaste opération dans le secteur depuis le 24 juin 2016. Opération qui fait partie d’un plan de la FMM pour reprendre pied dans ce sanctuaire de la secte terroriste.

Partis de Makary, où il avait concentré ses forces depuis le 20 juin 2016, le général Bouba Dobekréo et ses hommes ont déjà nettoyé plusieurs zones infestées par Boko Haram aussi bien au Cameroun qu’au Nigeria. Ils ont opéré une percée au Nigeria par Kamouna, balayant le dispositif de Boko Haram à Saguir, une des anciennes places fortes de la secte qui menaçait constamment le dispositif camerounais stationné à Bargaram.

En six jours d’opération, l’armée camerounaise a donc reconquis près d’une vingtaine de villages nigérians. «C’est une grosse opération qui visait à détruire la base de Boko Haram et réduire ainsi l’emprise de cette secte terroriste sur le lac Tchad. Nous avons atteint notre objectif en détruisant la base de Kirta», confirme une source.

Si un premier bilan n’est pas encore disponible, des informations concordantes font état de nombreux combattants de Boko Haram tués et de plusieurs autres faits prisonniers. L’urgence d’une telle opération n’est plus à démontrer.

En pleine saison pluvieuse, la Force Multinationale Mixte aurait eu un grand mal à se mouvoir sur un terrain aussi difficile que le lac Tchad. De plus, la secte a fait de ce territoire, et ce, depuis plusieurs mois, son véritable sanctuaire.

«L’impact psychologique d’une telle opération est énorme. Elle montre à ces terroristes que nous pouvons aller les chercher et les détruire», indique une source. Il reste à l’armée nigériane de réoccuper le terrain ainsi reconquis, sans quoi les terroristes s’y réinstalleraient en quelques jours.

 

camernews-Armee

camernews-Armee