camernews-manifestation-a-bangui

La société civile exige le départ de la mission de l’ONU, la MINUSCA

La société civile exige le départ de la mission de l’ONU, la MINUSCA

La ville de Bangui a été paralysée ce lundi par une ville morte.

Une journée ville morte a été observée ce lundi 24 octobre dans la capitale centrafricaine, Bangui, à l’appel de la société civile pour protester contre le «laxisme» de la Mission des Nations pour la Centrafrique (MINUSCA), selon le journal centrafricain, RJDH.

Le journal confirme que tous les Arrondissements de Bangui sont touchés par les manifestations. «Les barricades sont érigées sur les artères de la capitale et les pneus brûlés empêchant toute circulation. Les commerces ont été fermés à travers la ville et les patrouilles de la MINUSCA sont limitées».

Le mouvement de contestation a eu lieu malgré l’appel du Premier Ministre, Simplice Mathieu, qui dans un message radiodiffusé dimanche, appelait les Centrafricains à vaquer à leurs occupations et à ne pas céder «aux agissements d’une certaine société civile manipulée par des hommes politiques».

La manifestation de ce jour qui était accompagnée des tirs de la police pour disperser les manifestations aurait conduit à la mort de huit Centrafricains. «Des sources concordantes, huit (8) corps, dont 4 femmes et 4 hommes, sont transportés dans les morgues de la capitale», relève le journal.

La société civile avait lancé une pétition depuis six jours où près de 30 000 signatures avaient été recueillies exigeant le départ de la MINUSCA, accusées de passivité face aux violences dans le pays. La MINUSCA avait rejeté les accusations et les déclarations contre ses troupes.

camernews-manifestation-a-bangui

camernews-manifestation-a-bangui