camernews-eco

La signature du contrat des infrastructures du projet fer de Mabalam reportée sine die

La signature du contrat des infrastructures du projet fer de Mabalam reportée sine die

La junior minière australienne Sundance Resources, qui développe le projet d’exploitation du gisement de fer de Mbalam-Nabeba, écartelé entre le Cameroun et le Congo, a annoncé ce 13 janvier 2016 qu’elle a été informée du renvoi sine die de la signature du contrat pour la construction des infrastructures (chemin de fer de 500 Km et terminal minéralier du port en eau profonde de Kribi) liées à ce projet minier.

Ce contrat, apprend-on, devait être signé en décembre 2015 entre l’Etat du Cameroun, qui a décidé de reprendre la main sur cet aspect du projet après l’échec de Sundance à mobiliser les financements à fin juin 2015 ; et une entreprise publique chinoise, dont le nom n’a jusqu’ici pas encore été révélé, même si certaines sources crédibles parlent de la société China Ghezouba Group.

Selon Sundance, bien qu’elle continue à montrer de l’intérêt pour le projet, la partie chinoise a souhaité que la signature du contrat soit remise à plus tard, en attendant que «les conditions du marché s’améliorent et que le processus de recherche des financements soit plus avancé». La junior minière australienne, qui a conditionné la mobilisation des financements pour la construction de la mine à la signature préalable du contrat des infrastructures, fait savoir qu’elle «évalue actuellement l’impact de ce report sur le projet, et en informera ses actionnaires une fois cette évaluation terminée».

Le projet de fer de Mbalam-Nabeba entre ainsi dans une nouvelle période d’incertitude. En effet, dans le contexte actuel de baisse généralisée des cours mondiaux des matières premières, dont le fer, il est bien difficile de savoir quand est ce que les prix de ce minerai repartiront à la hausse. Pourtant, cette embellie hypothétique semble être le préalable posé par l’entreprise chinoise avec laquelle l’Etat négocie le financement des infrastructures du projet Mbalam, avant toute signature du contrat.

 

camernews-eco

camernews-eco