camernews-sismondi-barlev

La Jeunesse repond au President

La Jeunesse repond au President

Monsieur le président

La jeunesse Camerounaise par le biais du Rassemblement de la jeunesse vous adresse ses vœux les meilleurs.

Nous avons écouté hier avec un intérêt modéré votre message à la nation. Nous ne sommes même pas allés partager un verre à l’occasion de la st sylvestre,  parce que nous en avons discuté toute la nuit.

Vous avez parlé de choses importantes, notamment la paix. Là-dessus nous partageons tous cet élément fondamental pour le développement.

Mais pour nous, l’extrait le plus important de votre discours est celui-ci, mais c’est aussi celui  qui engage votre responsabilité personnelle. Vous dites ceci à propos de la sous-consommation des crédits dans les budgets d’investissements:

« ….Sans doute faudra-t-il impérativement s’attaquer aux causes de nos insuffisances en supprimant les points de blocage, les zones de dispersion et les doublons.

Serions-nous incapables de faire ce que d’autres pays comparables au nôtre ont fait ou sont en train de faire ? Je ne le crois pas. Nous avons des hommes, des femmes et des jeunes talentueux, ingénieux, bien formés et entreprenants, capables de relever ces défis. Nous avons des ressources naturelles, abondantes et variées. Nous avons des institutions, modernes et démocratiques. Notre pays connaît la paix et la stabilité. Alors que nous manque-t-il ?..…Bien qu’attachés à nos communautés d’origine – ce qui ne nous empêche pas d’être de fervents patriotes lorsque l’honneur national est en jeu – nous sommes un peuple d’individualistes, plus préoccupés de réussite personnelle que d’intérêt général. Notre Administration reste perméable à l’intérêt particulier…. »

Dans cet extrait, vous dénoncez trois choses :

  • L’incompétence
  • L’égoïsme
  • Le tribalisme

Après avoir ainsi fait le réquisitoire et le diagnostic sans complaisance de votre système, permettez à la jeunesse Camerounaise d’interroger votre responsabilité personnelle. En effet, nous apprécions le fait que depuis quelques années déjà vous dénonciez  votre gouvernement ! Mais il ne suffit pas à notre sens de dénoncer, il faut agir ! Tenez  par exemple :

A propos de l’incompétence

Vous avez dans votre gouvernement des hommes  qui depuis des décennies sont reconduit systématiquement sans que l’on sache les résultats ou l’efficacité qu’ils apportent  au bien être des Camerounais ; chacun dans son coin est un petit président de la république et on se demande si vous leur demandez des comptes ! L’an passé vous aviez parlé de l’évaluation des feuilles de route tous les six mois l’avez-vous fait une seule fois Monsieur le président ? Nous nous posons la question au moment où vous évoquez une fois de plus des objectifs à fixer pour les feuilles de route.

A propos de l’égoïsme de vos hommes

Vous faites bien de dire que « …nous sommes un peuple d’individualistes, plus préoccupés de réussite personnelle que d’intérêt général..»  pourtant , C’est bien votre neveu, Louis Paul Motaze, alors Ministre de l’économie qui récemment a cédé presque la moitié du Cameroun à une entreprise américaine au franc symbolique !  Lui avez-vous demandez si cette signature visait l’intérêt du Cameroun ou le sien ? Au contraire, vous l’avez encore nommé secrétaire général des services du premier Ministre. Monsieur le président, tout est votre faute, parce que vous les encouragez dans ce sens ; un discours ne changera pas les choses.

A propos du tribalisme

Là encore vous avez raison monsieur le président. Le sens du mérite a disparu de votre système et seul semble compter « les frères du village ».Un Boulou, un Bamiléké, un Sawa…etc  qui gère un projet ne recrute pas sur la base de la compétence, mais sur celle ethnique. Mais à qui la faute Monsieur le président ? C’est vous qui donnez la direction,  Et si la direction que nous suivons en ce moment n’est pas la vôtre, alors vous ne gouvernez plus le pays ! C’est  une implication logique.  Dans un pays où le chef tient la barre, le gouvernement met sa politique en œuvre ! et si le chef en vient à se plaindre tout le temps que personne ne l’écoute, c’est qu’il a perdu de son autorité.

Monsieur le président hier soir après votre discours, j’ai longuement discuté avec des jeunes sur le réseau social Facebook. L’un d’eux a fait cette réflexion

« Les Camerounais ont le comportement que les dirigeants veulent. Cette situation est bien pensée pour mieux asservir le peuple. Ils sont aux affaires et peuvent améliorer les conditions de vie des camerounais. Ils ne font rien et utilise la stratégie de l’autruche et du Bouc émissaire pour manipuler les consciences. »

Je n’en dirai pas plus.

Monsieur le président, tout en vous priant de prendre définitivement vos responsabilités, la jeunesse vous souhaite une bonne et heureuse année 2014 à vous et à votre famille.

Veuillez agréer l’expression de notre parfaite considération.

Le Porte-parole de la jeunesse Camerounaise

Sismondi Barlev Bidjocka

 

camernews-sismondi-barlev

camernews-sismondi-barlev