camernews-Bir

LA GUERRE AU NORD…

LA GUERRE AU NORD…

Depuis que les attaques de Boko Haram se sont transformées en une véritable guerre contre le Cameroun, autant les membres du gouvernement et les médias en font les choux gras, autant, en revanche, la population, dans son écrasante majorité, demeure dubitative. Elle ne se sent toujours pas concernée par cette guerre, ou, en tout cas, elle estime qu’il revient à l’armée de faire son travail. Personnellement, je partage ce point de vue.

Voici 55 ans que le Cameroun paie grassement les militaires … à se tourner les pouces. L’armée est devenue, au fil des années, le corps le mieux rémunéré du pays. Un adjudant – CEPE plus zéro – perçoit un salaire double de celui d’un médecin – BAC plus 7 – nouvellement recruté. Bonjour l’injustice.

Lorsque la crise économique s’est installée au Cameroun, les salaires de tous les fonctionnaires ont été diminués … excepté ceux des militaires. Les officiers camerounais roulent dans de luxueuses limousines de 90 millions de francs cfa, avec parfois des réfrigérateurs à l’intérieur et naturellement l’air conditionné, rien à voir avec ce qui devrait être des automobiles de soldats.

Ils résident dans des logements dignes de ministres, avec mille gardiens. Bref, ils mènent un train de vie scandaleux, et en narguent depuis des années la population. Faudrait-il le rappeler ? Ma génération d’hommes, nous qui avions passé le baccalauréat au courant des années 1970, a été marquée par le fait que c’étaient nos camarades les plus nuls qui se dirigeaient à l’EMIAC, l’armée était à notre époque, un dépotoir. Aujourd’hui, ces derniers de nos salles de classes désormais colonels, nous rient au nez. Quoi de surprenant qu’ils ne parviennent pas à gagner une guerre et qu’il faille faire appel aux Tchadiens ?

Qu’ils justifient leurs avantages et qu’ils fassent leur métier.

D’un autre côté, la population sait très bien qui sont les militaires. Ce sont eux qui lui ont tiré dessus en 1991, en 2008, et qui lui tireront de nouveau dessus demain, lorsqu’elle se lancera dans de légitimes revendications. Ce sont eux qui ont incendié le quartier congo en 1960, ce sont eux qui ont tranché la tête d’Osendé Afana en 1966, ce sont eux qui ont fusillé Ouandié Ernest en 1971, ce sont eux qui ont … à quoi bon continuer à compter ?

Ils ne changeront pas subitement, les militaires. Ils ont rarement été du côté du peuple. Ils sont tout, sauf des républicains, ils ont toujours été une classe complice de la souf-france du peuple. Ils se sont toujours embourgeoisés sur le dos du peu-ple. Ils n’ont toujours eu que mépris pour le peuple.

De ce point de vue, je maintiens QU’ILS FASSENT ENFIN POUR UNE FOIS LE TRAVAIL POUR LEQUEL ILS SONT DEPUIS DES DECENNIES GRASSEMENT PAYES, A SAVOIR DEFENDRE LA PATRIE.

 

camernews-Bir

camernews-Bir