La FAO récompense le Cameroun pour avoir réduit de moitié le nombre de personnes souffrant de malnutrition

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), se dit satisfaite l’atteinte de cet objectif du millénaire pour le développement avant l’échéance.

Le pourcentage de la sous-alimentation qui se situait à près de 39% dans les années 1990 à 1992 au Cameroun, a fortement baissé depuis lors. Selon le quotidien Cameroon Tribune de ce vendredi 7 août 2015, au cours des années 2010-2012, le Cameroun a «  déployé beaucoup plus d’efforts, dépassant le seuil demandé par les Nations Unies en ramenant le seuil à 15,4% ». En dessous  des 5% demandés par les Nations Unies.

Bien plus, le pays a réussi à réduire de moitié «  le nombre absolu de personnes souffrant de malnutrition tel que préconisé par le sommet mondial de l’alimentation, SMA», tenu en 1996.

Le Cameroun a pu atteindre cet objectif en mettant en place d’un certain nombre de mesures. « En accordant une  grande place dans le développement et la production des filières telles, le riz, le maïs, le mil, le sorgho, la pêche et autre secteur. Une priorité a également été donnée à l’insertion des jeunes dans le secteur agricole, un secteur qui a su développer la production de certains aliments et puis il y a eu la promotion de l’agrobusiness », indique le quotidien bilingue.

Le  gouvernement s’est félicité des progrès fournis ainsi que  de la distinction décernée par la FAO. Pour le ministre de l’Agriculture et du développement rural  Essimi Menye qui a présenté la distinction remise par la FAO au cours d’une conférence de presse à Yaoundé, « ce prix faisait la fierté de l’ensemble du Cameroun. Une reconnaissance des efforts dans la lutte contre l’insécurité alimentaire ». 

Selon le ministre Essimi Menye, le Cameroun ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. D’après lui, « il y a des raisons d’être optimiste ». Le pays entend s’appuyer sur les petits producteurs qui  jouent un rôle important dans la lutte contre la sous-alimentation, ce d’autant plus que l’agriculture familiale reste une priorité. Pour accroître sa production,  elle devra être «  renforcée, modernisée avec l’apport additionnel des semences de bonne qualité, l’introduction du machinisme, et l’intensification de la mécanisation », souligne le journal.

Il y a quinze ans, 193 Etats membres de l’ONU avaient adopté  8 objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Le premier de ces objectifs invitait les Etats à réduire au moins de moitié la proportion de la population du pays souffrant de la sous-alimentation d’ici à 2015. Un défi que le Cameroun a pu relever à quelques mois de l’arrivée à échéance des OMD